"Il y a un an, la haine a frappé" et des "innocents ont été fauchés" par "l'intégrisme et la barbarie", a lancé le ministre lors d'une cérémonie tenue sous une pluie battante place de la République, en lisière du centre historique où Cherif Chekatt, un délinquant multirécidiviste, fiché pour radicalisation islamiste, avait conduit son équipée meurtrière le 11 décembre 2018. "Vous étiez un peu de notre humanité", "vous aviez tous les âges et vous veniez des quatre coins du monde", a poursuivi M. Castaner, avant de rendre hommage à chacun des cinq morts de l'attentat. "Le 11 décembre ne sera jamais la date de la haine, elle sera la date du souvenir, du souvenirs des valeurs, des passions et des combats (de ces) cinq hommes", a assuré le ministre, se disant "fier que la joie ait à nouveau envahi les travées du marché du Noël de Strasbourg", qui fête sa 450e édition, un an après l'attentat. Durant cette cérémonie, un chêne "arbre de la vie" a également été planté et une stèle inaugurée. M. Castaner devait ensuite rencontrer les victimes, à huis clos, avant de décorer de la Légion d'honneur et de l'Ordre du mérite sept des policiers intervenus lors de ces événements puis de remettre la Médaille de la sécurité intérieure à 55 autres intervenants, policiers, gendarmes, militaires ou secouristes. Un hommage oecuménique et multiculturel aux victimes, organisé dans la soirée en la cathédrale de Strasbourg, devait constituer l'autre moment fort de cette journée, avec une succession de chants arabo-andalous, hébreux ou bouddhistes, de lectures et de prises de parole. À 19H45 précises, l'heure de l'attentat, et pendant quinze longues minutes, toutes les églises de la capitale alsacienne et des communes avoisinantes feront aussi tinter leurs clochers. Quant aux Strasbourgeois, la ville les a invités à mettre des bougies à leurs fenêtres. (Belga)

"Il y a un an, la haine a frappé" et des "innocents ont été fauchés" par "l'intégrisme et la barbarie", a lancé le ministre lors d'une cérémonie tenue sous une pluie battante place de la République, en lisière du centre historique où Cherif Chekatt, un délinquant multirécidiviste, fiché pour radicalisation islamiste, avait conduit son équipée meurtrière le 11 décembre 2018. "Vous étiez un peu de notre humanité", "vous aviez tous les âges et vous veniez des quatre coins du monde", a poursuivi M. Castaner, avant de rendre hommage à chacun des cinq morts de l'attentat. "Le 11 décembre ne sera jamais la date de la haine, elle sera la date du souvenir, du souvenirs des valeurs, des passions et des combats (de ces) cinq hommes", a assuré le ministre, se disant "fier que la joie ait à nouveau envahi les travées du marché du Noël de Strasbourg", qui fête sa 450e édition, un an après l'attentat. Durant cette cérémonie, un chêne "arbre de la vie" a également été planté et une stèle inaugurée. M. Castaner devait ensuite rencontrer les victimes, à huis clos, avant de décorer de la Légion d'honneur et de l'Ordre du mérite sept des policiers intervenus lors de ces événements puis de remettre la Médaille de la sécurité intérieure à 55 autres intervenants, policiers, gendarmes, militaires ou secouristes. Un hommage oecuménique et multiculturel aux victimes, organisé dans la soirée en la cathédrale de Strasbourg, devait constituer l'autre moment fort de cette journée, avec une succession de chants arabo-andalous, hébreux ou bouddhistes, de lectures et de prises de parole. À 19H45 précises, l'heure de l'attentat, et pendant quinze longues minutes, toutes les églises de la capitale alsacienne et des communes avoisinantes feront aussi tinter leurs clochers. Quant aux Strasbourgeois, la ville les a invités à mettre des bougies à leurs fenêtres. (Belga)