"Nous ne pouvons rien promettre, mais je suis confiant" que "nous parviendrons à un accord aujourd'hui", a déclaré à la mi-journée le bras droit de M. Kurz dans les négociations, Gernot Blümel. Vainqueur des élections législatives du 15 octobre, M. Kurz a engagé neuf jours plus tard des pourparlers gouvernementaux exclusifs avec le FPÖ en vue de devenir, à 31 ans, le plus jeune dirigeant au monde. A l'issue d'une réunion jeudi avec le président de la République Alexander Van der Bellen, il avait confirmé que les pourparlers étaient entrés "dans la dernière ligne droite". Les deux partis ont négocié jusqu'à une heure avancée de la nuit de jeudi à vendredi. Les futurs alliés, qui ont refermé la quasi-totalité de leurs chapitres de négociations, notamment sur la sécurité, l'économie et l'immigration, devaient encore s'entendre vendredi sur la "démocratie directe", une promesse de campagne du FPÖ qui suscite toutefois des réserves du camp conservateur. Selon des indiscrétions concordantes, le FPÖ reviendrait au gouvernement avec plusieurs ministères régaliens dont l'Intérieur et les Affaires étrangères, deux portefeuilles qui lui avaient échappé lors sa première expérience gouvernementale dans les années 2000. (Belga)

"Nous ne pouvons rien promettre, mais je suis confiant" que "nous parviendrons à un accord aujourd'hui", a déclaré à la mi-journée le bras droit de M. Kurz dans les négociations, Gernot Blümel. Vainqueur des élections législatives du 15 octobre, M. Kurz a engagé neuf jours plus tard des pourparlers gouvernementaux exclusifs avec le FPÖ en vue de devenir, à 31 ans, le plus jeune dirigeant au monde. A l'issue d'une réunion jeudi avec le président de la République Alexander Van der Bellen, il avait confirmé que les pourparlers étaient entrés "dans la dernière ligne droite". Les deux partis ont négocié jusqu'à une heure avancée de la nuit de jeudi à vendredi. Les futurs alliés, qui ont refermé la quasi-totalité de leurs chapitres de négociations, notamment sur la sécurité, l'économie et l'immigration, devaient encore s'entendre vendredi sur la "démocratie directe", une promesse de campagne du FPÖ qui suscite toutefois des réserves du camp conservateur. Selon des indiscrétions concordantes, le FPÖ reviendrait au gouvernement avec plusieurs ministères régaliens dont l'Intérieur et les Affaires étrangères, deux portefeuilles qui lui avaient échappé lors sa première expérience gouvernementale dans les années 2000. (Belga)