"Le chef de l'État visitera des positions où le régime du cessez-le-feu est systématiquement violé ces derniers temps" et où des militaires ukrainiens "ont été tués et blessés" récemment, a indiqué la présidence dans un communiqué. L'Ukraine accuse les séparatistes, largement considérés comme parrainés par Moscou malgré les dénégations du Kremlin, de multiplier les accrochages armés depuis le début de l'année. Elle accuse aussi la Russie de masser ses troupes le long de la frontière ukrainienne et en Crimée annexée. Russes et séparatistes à l'inverse jugent Kiev responsable de la multiplication des incidents armés. Ce regain de tensions intervient après un cessez-le-feu d'une durée sans précédent qui a été largement respecté durant toute la deuxième moitié de 2020, laissant craindre que ce conflit qui a fait quelque 13.000 morts depuis 2014 dégénère de nouveau. Un soldat ukrainien a encore été tué jeudi matin dans la région de Donetsk après des tirs de mortiers et d'artillerie. Le président ukrainien a dans ce contexte appelé mardi l'Otan à accélérer l'adhésion de son pays afin d'envoyer un "vrai signal" à la Russie, un appel qui a peu de chance d'être entendu par les alliés occidentaux de l'Ukraine. Ces derniers ont exprimé leur préoccupation face aux mouvements de troupes russes. (Belga)

"Le chef de l'État visitera des positions où le régime du cessez-le-feu est systématiquement violé ces derniers temps" et où des militaires ukrainiens "ont été tués et blessés" récemment, a indiqué la présidence dans un communiqué. L'Ukraine accuse les séparatistes, largement considérés comme parrainés par Moscou malgré les dénégations du Kremlin, de multiplier les accrochages armés depuis le début de l'année. Elle accuse aussi la Russie de masser ses troupes le long de la frontière ukrainienne et en Crimée annexée. Russes et séparatistes à l'inverse jugent Kiev responsable de la multiplication des incidents armés. Ce regain de tensions intervient après un cessez-le-feu d'une durée sans précédent qui a été largement respecté durant toute la deuxième moitié de 2020, laissant craindre que ce conflit qui a fait quelque 13.000 morts depuis 2014 dégénère de nouveau. Un soldat ukrainien a encore été tué jeudi matin dans la région de Donetsk après des tirs de mortiers et d'artillerie. Le président ukrainien a dans ce contexte appelé mardi l'Otan à accélérer l'adhésion de son pays afin d'envoyer un "vrai signal" à la Russie, un appel qui a peu de chance d'être entendu par les alliés occidentaux de l'Ukraine. Ces derniers ont exprimé leur préoccupation face aux mouvements de troupes russes. (Belga)