M. Porochenko, président de 2014 à 2019 et aujourd'hui âgé de 56 ans, est accusé d'avoir facilité l'achat de charbon à des entreprises situées dans l'est de l'Ukraine contrôlé par des séparatistes prorusses en guerre contre Kiev. "Le tribunal a décidé de saisir les avoirs du suspect", y compris ses biens immobiliers et ses parts dans des entreprises, a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué. M. Porochenko, qui se trouve actuellement à l'étranger et a promis de rentrer en Ukraine le 17 janvier, n'avait pas commenté cette décision dans l'immédiat. L'ex-président a plusieurs fois nié toute "trahison" et accuse son successeur, Volodymyr Zelensky, d'être derrière ses ennuis judiciaires. Avant l'annonce de la décision jeudi, M. Porochenko avait écrit sur Facebook qu'il "rentrerait à Kiev" pour comparaître devant un juge, "non pas pour (se) défendre, mais (...) pour défendre l'Ukraine contre son gouvernement incompétent". Concrètement, il est soupçonné d'avoir aidé les républiques autoproclamées de Dontesk et Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, à vendre du charbon à Kiev en 2014 et 2015 pour un montant total d'environ 48 millions d'euros. Le mois dernier, l'ex-dirigeant, actuellement député, ne s'était pas présenté à un interrogatoire dans le cadre de cette enquête. L'Ukraine est le théâtre depuis 2014 d'une guerre civile entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses dans l'est du pays. Le conflit a éclaté après l'annexion de la péninsule de Crimée par Moscou. (Belga)

M. Porochenko, président de 2014 à 2019 et aujourd'hui âgé de 56 ans, est accusé d'avoir facilité l'achat de charbon à des entreprises situées dans l'est de l'Ukraine contrôlé par des séparatistes prorusses en guerre contre Kiev. "Le tribunal a décidé de saisir les avoirs du suspect", y compris ses biens immobiliers et ses parts dans des entreprises, a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué. M. Porochenko, qui se trouve actuellement à l'étranger et a promis de rentrer en Ukraine le 17 janvier, n'avait pas commenté cette décision dans l'immédiat. L'ex-président a plusieurs fois nié toute "trahison" et accuse son successeur, Volodymyr Zelensky, d'être derrière ses ennuis judiciaires. Avant l'annonce de la décision jeudi, M. Porochenko avait écrit sur Facebook qu'il "rentrerait à Kiev" pour comparaître devant un juge, "non pas pour (se) défendre, mais (...) pour défendre l'Ukraine contre son gouvernement incompétent". Concrètement, il est soupçonné d'avoir aidé les républiques autoproclamées de Dontesk et Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, à vendre du charbon à Kiev en 2014 et 2015 pour un montant total d'environ 48 millions d'euros. Le mois dernier, l'ex-dirigeant, actuellement député, ne s'était pas présenté à un interrogatoire dans le cadre de cette enquête. L'Ukraine est le théâtre depuis 2014 d'une guerre civile entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses dans l'est du pays. Le conflit a éclaté après l'annexion de la péninsule de Crimée par Moscou. (Belga)