Cet étalage de force militaire par les rebelles, en conflit depuis plus de trois ans avec les forces gouvernementales, contrevient à l'accord de paix de 2015 de facto largement ignoré. Donetsk est situé sur une ligne de démarcation dans l'est industriel de l'Ukraine d'où les armes lourdes auraient dû être retirées de part et d'autre depuis près de deux ans. Selon le décompte d'un journaliste de l'AFP, 45 pièces d'équipement militaire lourd ont participé mardi au défilé, y compris un char datant de la deuxième guerre mondiale et ses versions modernes utilisées dans le conflit en cours ainsi que des lanceurs de roquettes et des canons anti-aériens. Le chef des séparatistes de Donetsk Alexander Zakharchenko conduisait un millier de combattants qui brandissaient un long drapeau rayé d'orange et noir aux couleurs du ruban de Saint-Georges symbole du patriotisme russe. Le 9 mai "est le jour le plus sacré pour nous tous", a-t-il déclaré à la foule. D'autres participants portaient des portraits de chefs rebelles tués durant ce conflit qui a fait plus de 10.000 morts. Sur la place Lénine au centre de Donetsk, des familles entières regardaient le défilé, certains enfants vêtus d'uniformes militaires. De l'autre côté de la ligne de démarcation, les autorités ukrainiennes célèbrent depuis 2014 la fin de la deuxième guerre mondiale le 8 mai, comme les autres pays européens, afin de souligner leur prise de distance d'avec la Russie qui célèbre le 9 mai le Jour de la Victoire. Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré mardi à un groupe de soldats que "nous ne célébrerons plus cette fête selon le scénario russe". Toutefois, plusieurs centaines de personnes portant les photographies de proches ayant combattu durant ce que l'Union soviétique appelait "la Grande guerre patriotique" ont défilé mardi à Kiev. Un petit groupe de nationalistes leur a jeté des fumigènes avant d'être maîtrisés par la police. (Belga)

Cet étalage de force militaire par les rebelles, en conflit depuis plus de trois ans avec les forces gouvernementales, contrevient à l'accord de paix de 2015 de facto largement ignoré. Donetsk est situé sur une ligne de démarcation dans l'est industriel de l'Ukraine d'où les armes lourdes auraient dû être retirées de part et d'autre depuis près de deux ans. Selon le décompte d'un journaliste de l'AFP, 45 pièces d'équipement militaire lourd ont participé mardi au défilé, y compris un char datant de la deuxième guerre mondiale et ses versions modernes utilisées dans le conflit en cours ainsi que des lanceurs de roquettes et des canons anti-aériens. Le chef des séparatistes de Donetsk Alexander Zakharchenko conduisait un millier de combattants qui brandissaient un long drapeau rayé d'orange et noir aux couleurs du ruban de Saint-Georges symbole du patriotisme russe. Le 9 mai "est le jour le plus sacré pour nous tous", a-t-il déclaré à la foule. D'autres participants portaient des portraits de chefs rebelles tués durant ce conflit qui a fait plus de 10.000 morts. Sur la place Lénine au centre de Donetsk, des familles entières regardaient le défilé, certains enfants vêtus d'uniformes militaires. De l'autre côté de la ligne de démarcation, les autorités ukrainiennes célèbrent depuis 2014 la fin de la deuxième guerre mondiale le 8 mai, comme les autres pays européens, afin de souligner leur prise de distance d'avec la Russie qui célèbre le 9 mai le Jour de la Victoire. Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré mardi à un groupe de soldats que "nous ne célébrerons plus cette fête selon le scénario russe". Toutefois, plusieurs centaines de personnes portant les photographies de proches ayant combattu durant ce que l'Union soviétique appelait "la Grande guerre patriotique" ont défilé mardi à Kiev. Un petit groupe de nationalistes leur a jeté des fumigènes avant d'être maîtrisés par la police. (Belga)