La politique de Twitter consistera notamment à "mettre en évidence les informations correctes sur toutes les options de vote disponibles, en ce compris le vote par correspondance et le vote anticipé". "En amont des élections américaines de 2020, nous nous efforçons de donner à chaque personne ayant le droit de vote les moyens de s'inscrire et de voter grâce à des partenariats, des outils et de nouvelles politiques", a déclaré la vice-présidente de Twitter pour les politiques publiques dans les Amériques, Jessica Herrera-Flanigan, dans un mail adressé à Reuters. Les premières mesures entreront en vigueur le mois prochain. Twitter affirme encore étudier comment étendre ses "politiques d'intégrité civique" pour lutter contre la désinformation au sujet de différentes procédures liées au vote. La question est au c?ur de l'organisation de la prochaine présidentielle américaine, vu le risque que la pandémie de Covid-19 soit encore active à cette date. Donald Trump a affirmé à plusieurs reprises que le vote par correspondance était nécessairement "frauduleux", ce qui a poussé Twitter à signaler en mai pour la première fois l'un de ses tweets comme étant trompeur. Le vote par correspondance n'est par ailleurs pas nouveau aux États-Unis. Près d'un quart des électeurs ont voté par ce moyen en 2016. Le président américain a lui-même voté par correspondance depuis la Maison Blanche, pour les primaires républicaines en mars. Tout comme sa porte-parole Kayleigh McEnany, qui l'a fait une douzaine de fois, selon des médias américains, alors qu'elle critique aussi les initiatives visant à étendre le droit de voter par correspondance. Les déclarations de Donald Trump au sujet du vote par correspondance inquiètent les démocrates, qui soupçonnent le président américain de vouloir décrédibiliser le scrutin présidentiel du 3 novembre en cas de défaite. De nombreux États américains autorisent le vote par correspondance depuis des années et n'ont pas signalé de problèmes majeurs, à part des incidents isolés. Des études ont démontré qu'il ne bénéficiait pas particulièrement à un parti ou l'autre aux Etats-Unis. Selon les experts, les méthodes de routine et les réglementations décentralisées qui encadrent les élections aux États-Unis rendent la fraude très difficile. (Belga)

La politique de Twitter consistera notamment à "mettre en évidence les informations correctes sur toutes les options de vote disponibles, en ce compris le vote par correspondance et le vote anticipé". "En amont des élections américaines de 2020, nous nous efforçons de donner à chaque personne ayant le droit de vote les moyens de s'inscrire et de voter grâce à des partenariats, des outils et de nouvelles politiques", a déclaré la vice-présidente de Twitter pour les politiques publiques dans les Amériques, Jessica Herrera-Flanigan, dans un mail adressé à Reuters. Les premières mesures entreront en vigueur le mois prochain. Twitter affirme encore étudier comment étendre ses "politiques d'intégrité civique" pour lutter contre la désinformation au sujet de différentes procédures liées au vote. La question est au c?ur de l'organisation de la prochaine présidentielle américaine, vu le risque que la pandémie de Covid-19 soit encore active à cette date. Donald Trump a affirmé à plusieurs reprises que le vote par correspondance était nécessairement "frauduleux", ce qui a poussé Twitter à signaler en mai pour la première fois l'un de ses tweets comme étant trompeur. Le vote par correspondance n'est par ailleurs pas nouveau aux États-Unis. Près d'un quart des électeurs ont voté par ce moyen en 2016. Le président américain a lui-même voté par correspondance depuis la Maison Blanche, pour les primaires républicaines en mars. Tout comme sa porte-parole Kayleigh McEnany, qui l'a fait une douzaine de fois, selon des médias américains, alors qu'elle critique aussi les initiatives visant à étendre le droit de voter par correspondance. Les déclarations de Donald Trump au sujet du vote par correspondance inquiètent les démocrates, qui soupçonnent le président américain de vouloir décrédibiliser le scrutin présidentiel du 3 novembre en cas de défaite. De nombreux États américains autorisent le vote par correspondance depuis des années et n'ont pas signalé de problèmes majeurs, à part des incidents isolés. Des études ont démontré qu'il ne bénéficiait pas particulièrement à un parti ou l'autre aux Etats-Unis. Selon les experts, les méthodes de routine et les réglementations décentralisées qui encadrent les élections aux États-Unis rendent la fraude très difficile. (Belga)