Donald Tusk a amendé son agenda pour son passage à Göteborg, où est organisé vendredi un sommet social entre dirigeants de l'UE, afin de rencontrer Mme May à 12H30 "pour discuter du Brexit", a précisé sur Twitter son porte-parole. Selon une source européenne, la réunion a pour but d'informer Theresa May de l'avancée des travaux côté européen dans les cadres des négociations du Brexit. Lors du dernier sommet européen en octobre, les 27 avaient fait un geste envers Londres en acceptant de lancer des "préparatifs internes" pour la négociation à venir d'un accord commercial avec le Royaume-Uni. Mais ils avaient prévenu que cette deuxième phase de négociations n'interviendrait qu'une fois des "progrès significatifs" enregistrés dans les trois dossiers prioritaires des négociations: l'épineux règlement financier, le sort des droits des expatriés européens et britanniques après le divorce, programmé fin mars 2019, et les conséquences de la séparation pour l'Irlande. "Tusk informera May qu'un tel scénario positif n'est pas acquis, que cela va demander encore du travail et que le temps presse. Et il demandera à May comment le Royaume-Uni entend progresser sur les trois dossiers-clés de la phase 1", a précisé une source européenne. (Belga)

Donald Tusk a amendé son agenda pour son passage à Göteborg, où est organisé vendredi un sommet social entre dirigeants de l'UE, afin de rencontrer Mme May à 12H30 "pour discuter du Brexit", a précisé sur Twitter son porte-parole. Selon une source européenne, la réunion a pour but d'informer Theresa May de l'avancée des travaux côté européen dans les cadres des négociations du Brexit. Lors du dernier sommet européen en octobre, les 27 avaient fait un geste envers Londres en acceptant de lancer des "préparatifs internes" pour la négociation à venir d'un accord commercial avec le Royaume-Uni. Mais ils avaient prévenu que cette deuxième phase de négociations n'interviendrait qu'une fois des "progrès significatifs" enregistrés dans les trois dossiers prioritaires des négociations: l'épineux règlement financier, le sort des droits des expatriés européens et britanniques après le divorce, programmé fin mars 2019, et les conséquences de la séparation pour l'Irlande. "Tusk informera May qu'un tel scénario positif n'est pas acquis, que cela va demander encore du travail et que le temps presse. Et il demandera à May comment le Royaume-Uni entend progresser sur les trois dossiers-clés de la phase 1", a précisé une source européenne. (Belga)