Cet attentat dans un bâtiment de la police de la "capitale du sud-est turc à majorité kurde avait dans un premier temps été attribué au PKK par le Premier ministre turc Binali Yildirim. Puis il a ensuite été revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), par l'intermédiaire de l'agence Amaq, organe de propagande du groupe djihadiste, selon le centre de surveillance des mouvements djihadistes SITE. Dimanche, c'est au tour du TAK d'affirmer dans un communiqué transmis à l'agence Firat news que l'un de ses membres, surnommé Kamal Hakkari, avait mené l'attaque en représailles des "politiques meurtrières" et face "à l'inexorable pression" imposée par le gouvernement dans cette région à majorité kurde. (Belga)

Cet attentat dans un bâtiment de la police de la "capitale du sud-est turc à majorité kurde avait dans un premier temps été attribué au PKK par le Premier ministre turc Binali Yildirim. Puis il a ensuite été revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), par l'intermédiaire de l'agence Amaq, organe de propagande du groupe djihadiste, selon le centre de surveillance des mouvements djihadistes SITE. Dimanche, c'est au tour du TAK d'affirmer dans un communiqué transmis à l'agence Firat news que l'un de ses membres, surnommé Kamal Hakkari, avait mené l'attaque en représailles des "politiques meurtrières" et face "à l'inexorable pression" imposée par le gouvernement dans cette région à majorité kurde. (Belga)