Muyesser Yildiz, coordinatrice du site d'information en ligne OdaTV dans la capitale turque et Ismail Dukel, représentant de Tele1 TV à Ankara avaient été arrêtés en juin à la suite d'articles sur le rôle joué par la Turquie dans les conflits en Syrie et en Libye. M. Dukel avait été rapidement relâché, mais Mme Yildiz était restée depuis en détention. Le tribunal a ordonné lundi la libération de la journaliste, assortie d'une interdiction de quitter le territoire, restriction aussi imposée à M. Dukel, selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse. Les deux journalistes sont accusés d'avoir fait fuiter des informations sur l'implication de la Turquie en Libye et en Syrie "à des fins d'espionnage militaire". La prochaine audience de leur procès a été fixée au 6 janvier. Il est reproché à Mme Yildiz de s'être entretenue au téléphone avec un membre des forces armées, lui aussi arrêté, au sujet des plans militaires turcs en Libye, où la Turquie soutient les forces du gouvernement de Tripoli reconnu par la communauté internationale. (Belga)

Muyesser Yildiz, coordinatrice du site d'information en ligne OdaTV dans la capitale turque et Ismail Dukel, représentant de Tele1 TV à Ankara avaient été arrêtés en juin à la suite d'articles sur le rôle joué par la Turquie dans les conflits en Syrie et en Libye. M. Dukel avait été rapidement relâché, mais Mme Yildiz était restée depuis en détention. Le tribunal a ordonné lundi la libération de la journaliste, assortie d'une interdiction de quitter le territoire, restriction aussi imposée à M. Dukel, selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse. Les deux journalistes sont accusés d'avoir fait fuiter des informations sur l'implication de la Turquie en Libye et en Syrie "à des fins d'espionnage militaire". La prochaine audience de leur procès a été fixée au 6 janvier. Il est reproché à Mme Yildiz de s'être entretenue au téléphone avec un membre des forces armées, lui aussi arrêté, au sujet des plans militaires turcs en Libye, où la Turquie soutient les forces du gouvernement de Tripoli reconnu par la communauté internationale. (Belga)