"Cinquante-sept des 71 feux déclenchés dans l'ensemble du pays ont été maîtrisés", a déclaré vendredi le ministre de l'Agriculture Bekir Pakdemirli. "La situation s'améliore dans tous les incendies actifs", a ajouté le ministre. Des foyers distincts d'incendie qui se sont déclarés depuis mercredi dans les forêts de Manavgat, d'Alanya, d'Adana, de Mersin, de Bodrum et de Marmaris, près de sites touristiques du sud de la Turquie, ont rapidement atteint les zones habitées en raison de vents violents. Les incendies ont causé la mort de quatre personnes, dont un homme âgé de 25 ans qui se rendait sur un site ravagé à Marmaris pour apporter de l'aide, selon la chaîne de télévision NTV. Des dizaines de maisons, des champs et des étables de plusieurs villages ont été détruits par les flammes. Face à la progression du feu, les autorités ont fait évacuer des dizaines de villages. Un hôtel dans la ville touristique de Bodrum a également été évacué. Plus de 4.000 pompiers, aidés par des hélicoptères et des avions, tentent de maîtriser les feux. Plusieurs foyers d'incendie sont apparus en même temps, ce qui fait dire aux autorités turques qu'une origine criminelle n'est pas à exclure. "Qui a déclenché ces feux ? Nous avons des soupçons, tout comme nos concitoyens. Toutes nos institutions mènent une enquête sensible à ce sujet. Des suspects ont été arrêtés", a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, qui s'est rendu à Manavgat. Cinq personnes ont été arrêtées à Osmaniye (sud) pour des liens présumés avec l'éclatement des feux dans cette région. Deux enfants sont aussi soupçonnés d'avoir accidentellement déclenché le feu qui a ravagé Marmaris, a rapporté l'agence privée DHA. "Tout le soutien nécessaire sera donné à nos concitoyens qui ont souffert de l'incendie", a déclaré mercredi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a aussi promis une enquête poussée. (Belga)

"Cinquante-sept des 71 feux déclenchés dans l'ensemble du pays ont été maîtrisés", a déclaré vendredi le ministre de l'Agriculture Bekir Pakdemirli. "La situation s'améliore dans tous les incendies actifs", a ajouté le ministre. Des foyers distincts d'incendie qui se sont déclarés depuis mercredi dans les forêts de Manavgat, d'Alanya, d'Adana, de Mersin, de Bodrum et de Marmaris, près de sites touristiques du sud de la Turquie, ont rapidement atteint les zones habitées en raison de vents violents. Les incendies ont causé la mort de quatre personnes, dont un homme âgé de 25 ans qui se rendait sur un site ravagé à Marmaris pour apporter de l'aide, selon la chaîne de télévision NTV. Des dizaines de maisons, des champs et des étables de plusieurs villages ont été détruits par les flammes. Face à la progression du feu, les autorités ont fait évacuer des dizaines de villages. Un hôtel dans la ville touristique de Bodrum a également été évacué. Plus de 4.000 pompiers, aidés par des hélicoptères et des avions, tentent de maîtriser les feux. Plusieurs foyers d'incendie sont apparus en même temps, ce qui fait dire aux autorités turques qu'une origine criminelle n'est pas à exclure. "Qui a déclenché ces feux ? Nous avons des soupçons, tout comme nos concitoyens. Toutes nos institutions mènent une enquête sensible à ce sujet. Des suspects ont été arrêtés", a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, qui s'est rendu à Manavgat. Cinq personnes ont été arrêtées à Osmaniye (sud) pour des liens présumés avec l'éclatement des feux dans cette région. Deux enfants sont aussi soupçonnés d'avoir accidentellement déclenché le feu qui a ravagé Marmaris, a rapporté l'agence privée DHA. "Tout le soutien nécessaire sera donné à nos concitoyens qui ont souffert de l'incendie", a déclaré mercredi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a aussi promis une enquête poussée. (Belga)