Les journaux Sudpresse annonçaient de leurs éditions de mercredi que Dimitri Herman était recherché par la police car il aurait manifesté l'envie de venger son frère Benjamin Herman, abattu par les policiers le 29 mai dernier. Mais selon des informations obtenues par Sudpresse dans la matinée de mercredi, un ancien avis de recherche pour Dimitri Herman aurait été envoyé par erreur à plusieurs zones de police lundi soir. Des enquêteurs auraient encore travaillé mardi sur base de cet avis de recherche obsolète. Le jour suivant l'attentat de Liège, il avait été interpellé sur son lieu de travail en vue d'une audition en tant que témoin. Il avait été relâché après avoir été entendu.

Les journaux Sudpresse annonçaient de leurs éditions de mercredi que Dimitri Herman était recherché par la police car il aurait manifesté l'envie de venger son frère Benjamin Herman, abattu par les policiers le 29 mai dernier. Mais selon des informations obtenues par Sudpresse dans la matinée de mercredi, un ancien avis de recherche pour Dimitri Herman aurait été envoyé par erreur à plusieurs zones de police lundi soir. Des enquêteurs auraient encore travaillé mardi sur base de cet avis de recherche obsolète. Le jour suivant l'attentat de Liège, il avait été interpellé sur son lieu de travail en vue d'une audition en tant que témoin. Il avait été relâché après avoir été entendu.