"La relation entre les Etats-Unis et le Mexique n'a jamais été aussi bonne qu'elle l'est maintenant", a déclaré devant la presse le milliardaire républicain, qui s'est notamment fait élire en 2016 sur la promesse de construire un mur à la frontière avec le Mexique. Durant sa campagne, il avait notamment qualifié les immigrés latinos de "sales types" et avait accusé le gouvernement mexicain d'envoyer des tueurs et des violeurs aux Etats-Unis. "Chacun d'entre nous a été élu sur la promesse de combattre la corruption, rendre le pouvoir au peuple et privilégier les intérêts de son pays", a-t-il lancé à l'adresse d'Andres Manuel Lopez Obrador, élu à la tête de son pays en 2018. "Je le fais et vous le faites", a-t-il ajouté. De son côté, le président mexicain a adopté un ton particulièrement conciliant vis-à-vis de M. Trump. "Je veux vous remercier pour votre compréhension", a-t-il déclaré, estimant qu'il n'existait aucune raison pour que les "très bonnes relations politiques" entre les deux pays se détériorent. Officiellement, le premier tête-à-tête entre les deux hommes, qui a eu lieu un peu plus tôt dans le Bureau ovale, visait à célébrer l'entrée en vigueur du nouveau traité de libre-échange nord-américain. (Belga)

"La relation entre les Etats-Unis et le Mexique n'a jamais été aussi bonne qu'elle l'est maintenant", a déclaré devant la presse le milliardaire républicain, qui s'est notamment fait élire en 2016 sur la promesse de construire un mur à la frontière avec le Mexique. Durant sa campagne, il avait notamment qualifié les immigrés latinos de "sales types" et avait accusé le gouvernement mexicain d'envoyer des tueurs et des violeurs aux Etats-Unis. "Chacun d'entre nous a été élu sur la promesse de combattre la corruption, rendre le pouvoir au peuple et privilégier les intérêts de son pays", a-t-il lancé à l'adresse d'Andres Manuel Lopez Obrador, élu à la tête de son pays en 2018. "Je le fais et vous le faites", a-t-il ajouté. De son côté, le président mexicain a adopté un ton particulièrement conciliant vis-à-vis de M. Trump. "Je veux vous remercier pour votre compréhension", a-t-il déclaré, estimant qu'il n'existait aucune raison pour que les "très bonnes relations politiques" entre les deux pays se détériorent. Officiellement, le premier tête-à-tête entre les deux hommes, qui a eu lieu un peu plus tôt dans le Bureau ovale, visait à célébrer l'entrée en vigueur du nouveau traité de libre-échange nord-américain. (Belga)