Donald Trump se trouve à New York pour le grand rendez-vous des Nations unies, où il prononcera mardi son premier discours en tant que président, mais Xi Jinping ne participe pas cette année à l'Assemblée générale. Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU se réuniront jeudi pour s'entretenir sur la prolifération des armes de destruction massive et sur la menace nucléaire causée par la Corée du Nord. "Nous aurons de nombreuses occasions de discuter de cela avec de très nombreux dirigeants internationaux", a déclaré lundi matin le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avant une réunion avec ses homologues japonais et indien à New York. "Les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU parlent vraiment d'elles-mêmes" et expriment "une vision unanime de ce qu'il faut faire pour que la Corée du Nord modifie son attitude", a-t-il ajouté. Le Conseil de sécurité a adopté cet été deux trains de sanctions de plus en plus fermes contre Pyongyang, la dernière après le plus puissant essai nucléaire nord-coréen à ce jour. La Chine, comme la Russie, ont exprimé des réticences face à la volonté américaine de renforcer toujours plus les sanctions, mais ont fini par voter les résolutions. Et Washington a depuis appelé Pékin et Moscou à faire pression plus fortement de leur côté pour pousser le régime de Kim Jong-Un à abandonner ses ambitions nucléaires et à revenir à la table des négociations. (Belga)

Donald Trump se trouve à New York pour le grand rendez-vous des Nations unies, où il prononcera mardi son premier discours en tant que président, mais Xi Jinping ne participe pas cette année à l'Assemblée générale. Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU se réuniront jeudi pour s'entretenir sur la prolifération des armes de destruction massive et sur la menace nucléaire causée par la Corée du Nord. "Nous aurons de nombreuses occasions de discuter de cela avec de très nombreux dirigeants internationaux", a déclaré lundi matin le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avant une réunion avec ses homologues japonais et indien à New York. "Les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU parlent vraiment d'elles-mêmes" et expriment "une vision unanime de ce qu'il faut faire pour que la Corée du Nord modifie son attitude", a-t-il ajouté. Le Conseil de sécurité a adopté cet été deux trains de sanctions de plus en plus fermes contre Pyongyang, la dernière après le plus puissant essai nucléaire nord-coréen à ce jour. La Chine, comme la Russie, ont exprimé des réticences face à la volonté américaine de renforcer toujours plus les sanctions, mais ont fini par voter les résolutions. Et Washington a depuis appelé Pékin et Moscou à faire pression plus fortement de leur côté pour pousser le régime de Kim Jong-Un à abandonner ses ambitions nucléaires et à revenir à la table des négociations. (Belga)