"Je vais commencer à montrer certains de ces centres de détention à la presse. Je veux que la presse aille les voir", a déclaré Donald Trump à des journalistes à Morristown, dans le New Jersey (nord-est). "Certains membres de la presse iront parce qu'ils sont surpeuplés, et nous sommes ceux qui se plaignaient de leur surpopulation," a-t-il ajouté. L'annonce du président américain intervient après la publication samedi par le New York Times et le El Paso Times d'un article sur un centre de Clint (Texas), décrit comme rempli de centaines d'enfants habillés de vêtements sales, entassés dans des cellules où pullulent les maladies, ce que Donald Trump a qualifié de "canular". "La puanteur des vêtements sales des enfants était si forte qu'elle se propageait jusque sur les vêtements des agents (...) Les enfants pleuraient tout le temps", rapportait l'article. "Une fille semblait tellement susceptible d'essayer de se suicider que les agents l'ont fait dormir sur un petit lit devant eux, de façon à pouvoir la surveiller pendant qu'ils s'occupaient de nouveaux arrivants", ajoutait-il. Un rapport du ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS), qui chapeaute la police aux frontières, avait admis mardi une "surpopulation dangereuse" dans de nombreux centres accueillant des migrants clandestins, majoritairement des Centraméricains qui fuient la violence et la misère dans leur pays. (Belga)

"Je vais commencer à montrer certains de ces centres de détention à la presse. Je veux que la presse aille les voir", a déclaré Donald Trump à des journalistes à Morristown, dans le New Jersey (nord-est). "Certains membres de la presse iront parce qu'ils sont surpeuplés, et nous sommes ceux qui se plaignaient de leur surpopulation," a-t-il ajouté. L'annonce du président américain intervient après la publication samedi par le New York Times et le El Paso Times d'un article sur un centre de Clint (Texas), décrit comme rempli de centaines d'enfants habillés de vêtements sales, entassés dans des cellules où pullulent les maladies, ce que Donald Trump a qualifié de "canular". "La puanteur des vêtements sales des enfants était si forte qu'elle se propageait jusque sur les vêtements des agents (...) Les enfants pleuraient tout le temps", rapportait l'article. "Une fille semblait tellement susceptible d'essayer de se suicider que les agents l'ont fait dormir sur un petit lit devant eux, de façon à pouvoir la surveiller pendant qu'ils s'occupaient de nouveaux arrivants", ajoutait-il. Un rapport du ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS), qui chapeaute la police aux frontières, avait admis mardi une "surpopulation dangereuse" dans de nombreux centres accueillant des migrants clandestins, majoritairement des Centraméricains qui fuient la violence et la misère dans leur pays. (Belga)