Le numéro un nord-coréen Kim Jong Un a accueilli Moon Jae-in sur le tarmac de l'aéroport international de Pyongyang. Les deux hommes, accompagnés chacun de leur épouse, se sont donné l'accolade avant d'échanger quelques mots. Dans une démonstration d'adulation de masse soigneusement chorégraphiée typique de la Corée du Nord, des centaines de personnes agitaient des drapeaux nord-coréens et d'autres les emblèmes de l'unification, soit l'image d'une péninsule non divisée. Des milliers d'autres Nord-Coréens munis de bouquets chantaient à l'unisson "Réunification du pays" massés sur les trottoirs au passage du véhicule transportant les deux dirigeants. M. Moon, dont les propres parents avaient fui le Nord durant la guerre, séjournera trois jours dans le pays reclus. Le sommet "offrira l'occasion importante d'accélérer encore davantage le développement des relations intercoréennes qui tournent une nouvelle page de l'histoire", a estimé l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Cette visite rarissime est une nouvelle illustration du remarquable dégel en cours sur la péninsule qui avait permis un premier sommet fin avril dans le village frontalier de Panmunjom, avant une deuxième rencontre en mai. Les analystes ont cependant douché ce trop-plein d'optimisme. La rencontre "va probablement générer des gros titres tout en rose mais ne servira à pas grand chose pour accélérer les efforts de dénucléarisation de la Corée du Nord", juge le cabinet Eurasia Group. M. Kim va faire pression pour renforcer la coopération inter-coréenne "particulièrement dans les domaines synonymes de bénéfices économiques pour le Nord", poursuit-il. "Les progressistes du gouvernement de M. Moon et en dehors auront nettement intérêt à exagérer les résultats du sommet, masquant initialement ce qui sera probablement l'absence d'engagements tangibles". M. Moon est accompagné de plusieurs capitaines d'industrie, dont l'héritier de Samsung Lee Jae-yong et le vice-président de Hyundai Motor. (Belga)

Le numéro un nord-coréen Kim Jong Un a accueilli Moon Jae-in sur le tarmac de l'aéroport international de Pyongyang. Les deux hommes, accompagnés chacun de leur épouse, se sont donné l'accolade avant d'échanger quelques mots. Dans une démonstration d'adulation de masse soigneusement chorégraphiée typique de la Corée du Nord, des centaines de personnes agitaient des drapeaux nord-coréens et d'autres les emblèmes de l'unification, soit l'image d'une péninsule non divisée. Des milliers d'autres Nord-Coréens munis de bouquets chantaient à l'unisson "Réunification du pays" massés sur les trottoirs au passage du véhicule transportant les deux dirigeants. M. Moon, dont les propres parents avaient fui le Nord durant la guerre, séjournera trois jours dans le pays reclus. Le sommet "offrira l'occasion importante d'accélérer encore davantage le développement des relations intercoréennes qui tournent une nouvelle page de l'histoire", a estimé l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Cette visite rarissime est une nouvelle illustration du remarquable dégel en cours sur la péninsule qui avait permis un premier sommet fin avril dans le village frontalier de Panmunjom, avant une deuxième rencontre en mai. Les analystes ont cependant douché ce trop-plein d'optimisme. La rencontre "va probablement générer des gros titres tout en rose mais ne servira à pas grand chose pour accélérer les efforts de dénucléarisation de la Corée du Nord", juge le cabinet Eurasia Group. M. Kim va faire pression pour renforcer la coopération inter-coréenne "particulièrement dans les domaines synonymes de bénéfices économiques pour le Nord", poursuit-il. "Les progressistes du gouvernement de M. Moon et en dehors auront nettement intérêt à exagérer les résultats du sommet, masquant initialement ce qui sera probablement l'absence d'engagements tangibles". M. Moon est accompagné de plusieurs capitaines d'industrie, dont l'héritier de Samsung Lee Jae-yong et le vice-président de Hyundai Motor. (Belga)