"Une anomalie est survenue sur l'unité de mesure inertielle", a indiqué Stéphane Israël, le PDG de la société Arianespace. "C'est terminé pour ce soir. Le travail se poursuit pour assurer le lancement lundi." Initialement prévu vendredi, le décollage de Soyouz avait déjà dû être reporté à deux reprises en raison des conditions météorologiques. La fusée russe devait embarquer trois "Cube-Sats", des nano-satellites en forme de cube, dont Oufti-1, conçu par des étudiants de l'Université de Liège (ULg) et de plusieurs hautes écoles de la région liégeoise dans le cadre du programme "Fly Your Satellite" de l'ESA qui vise à stimuler les vocations scientifiques. Le lanceur devait également envoyer dans l'espace le satellite européen Sentinel-1B, frère jumeau de Sentinel-1A lancé il y a deux ans et un microsatellite français Microscope qui entend mettre à l'épreuve un principe de la théorie d'Einstein. Une nouvelle tentative devrait être effectuée dans 24 heures. (Belga)

"Une anomalie est survenue sur l'unité de mesure inertielle", a indiqué Stéphane Israël, le PDG de la société Arianespace. "C'est terminé pour ce soir. Le travail se poursuit pour assurer le lancement lundi." Initialement prévu vendredi, le décollage de Soyouz avait déjà dû être reporté à deux reprises en raison des conditions météorologiques. La fusée russe devait embarquer trois "Cube-Sats", des nano-satellites en forme de cube, dont Oufti-1, conçu par des étudiants de l'Université de Liège (ULg) et de plusieurs hautes écoles de la région liégeoise dans le cadre du programme "Fly Your Satellite" de l'ESA qui vise à stimuler les vocations scientifiques. Le lanceur devait également envoyer dans l'espace le satellite européen Sentinel-1B, frère jumeau de Sentinel-1A lancé il y a deux ans et un microsatellite français Microscope qui entend mettre à l'épreuve un principe de la théorie d'Einstein. Une nouvelle tentative devrait être effectuée dans 24 heures. (Belga)