Les ministres de la Santé ont trouvé mercredi un accord de principe pour l'administration d'une troisième dose de vaccin contre le coronavirus à l'ensemble de la population. L'opérationnalisation de cette décision sera réglée lors d'une prochaine conférence interministérielle (CIM) Santé prévue le 27 novembre prochain, moyennent un avis étayé du Conseil supérieur de la Santé (CSS). A Bruxelles, si l'on en croit le ministre Maron (Ecolo) dans une réponse lue au parlement par sa collègue Elke Vanden Brandt, on s'attèle pour l'instant à la campagne de vaccination en troisième dose pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Des discussions sont en cours pour rouvrir un centre de vaccination pour pouvoir accueillir rapidement le personnel de soins en dehors des collectivités à partir de fin novembre. L'objectif est de pouvoir garder ce centre à disposition également pour la stratégie dose de rappel du restant de la population. "D'autres discussions sont également en cours de finalisation pour ouvrir d'autres lieux de vaccination situés notamment dans des anciens centres de vaccination", a encore fait savoir Alain Maron. En parallèle, la Commission communautaire commune (Cocom) continue le travail avec le dispositif des vacci-bus et des antennes notamment dans les mutuelles, les hôpitaux, les communes, etc. Les actions décentralisées se multiplient avec notamment l'implication des professionnels de la première ligne dont les médecins généralistes, les maisons médicales et les nombreux points de vaccination et de livraison dans les pharmacies. "Actuellement, le nombre de médecins pose problème pour développer une stratégie massive de dose de rappel, c'est pourquoi nous travaillons sur diverses solutions afin de permettre une stratégie décentralisée plus massive pour la dose de rappel, tout en continuant avec plusieurs centres de vaccination. En fonction des discussions avec les partenaires des centres de vaccination, nous aimerions prolonger les centres de vaccination actuels le temps nécessaire donc certainement pour le premier quadrimestre de l'année 2022", a ajouté M. Maron. (Belga)

Les ministres de la Santé ont trouvé mercredi un accord de principe pour l'administration d'une troisième dose de vaccin contre le coronavirus à l'ensemble de la population. L'opérationnalisation de cette décision sera réglée lors d'une prochaine conférence interministérielle (CIM) Santé prévue le 27 novembre prochain, moyennent un avis étayé du Conseil supérieur de la Santé (CSS). A Bruxelles, si l'on en croit le ministre Maron (Ecolo) dans une réponse lue au parlement par sa collègue Elke Vanden Brandt, on s'attèle pour l'instant à la campagne de vaccination en troisième dose pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Des discussions sont en cours pour rouvrir un centre de vaccination pour pouvoir accueillir rapidement le personnel de soins en dehors des collectivités à partir de fin novembre. L'objectif est de pouvoir garder ce centre à disposition également pour la stratégie dose de rappel du restant de la population. "D'autres discussions sont également en cours de finalisation pour ouvrir d'autres lieux de vaccination situés notamment dans des anciens centres de vaccination", a encore fait savoir Alain Maron. En parallèle, la Commission communautaire commune (Cocom) continue le travail avec le dispositif des vacci-bus et des antennes notamment dans les mutuelles, les hôpitaux, les communes, etc. Les actions décentralisées se multiplient avec notamment l'implication des professionnels de la première ligne dont les médecins généralistes, les maisons médicales et les nombreux points de vaccination et de livraison dans les pharmacies. "Actuellement, le nombre de médecins pose problème pour développer une stratégie massive de dose de rappel, c'est pourquoi nous travaillons sur diverses solutions afin de permettre une stratégie décentralisée plus massive pour la dose de rappel, tout en continuant avec plusieurs centres de vaccination. En fonction des discussions avec les partenaires des centres de vaccination, nous aimerions prolonger les centres de vaccination actuels le temps nécessaire donc certainement pour le premier quadrimestre de l'année 2022", a ajouté M. Maron. (Belga)