En Allemagne, trois personnes sur 10 avouent aussi ne pas avoir d'épargne. Dans d'autres pays comme les Pays-Bas, la France, le Luxembourg ou la Grande-Bretagne, encore moins de gens ont de l'argent de côté.

En 2013, seuls 20% des Belges interrogés déclarent avoir épargné davantage que l'année précédente. Ils sont, en revanche, 37% à avoir vu leurs économies diminuer. Par ailleurs, 43% des personnes interrogées reconnaissent que leur épargne n'est pas suffisante pour maintenir leur train de vie actuel pendant trois mois en cas de baisse subite de leurs revenus.

Près de la moitié des Belges affirment qu'ils n'ont pas de dettes personnelles comme des arriérés liés à des cartes de crédits ou des prêts entre proches (les prêts hypothécaires n'ont pas été pris en compte).

Enfin, les différences régionales en matière d'épargne sont importantes, selon ING. Ainsi, près de 2 Flamands et Bruxellois sur 3 déclarent épargner, contre un peu plus de 4 Wallons sur 10. Un quart des Bruxellois et des Flamands ont vu leurs économies augmenter au cours de l'année passée, alors qu'ils ne sont que 13% en Wallonie. En Flandre, 53% des ménages affirment ne pas être endettés, contre seulement 38% en Wallonie.

En Allemagne, trois personnes sur 10 avouent aussi ne pas avoir d'épargne. Dans d'autres pays comme les Pays-Bas, la France, le Luxembourg ou la Grande-Bretagne, encore moins de gens ont de l'argent de côté. En 2013, seuls 20% des Belges interrogés déclarent avoir épargné davantage que l'année précédente. Ils sont, en revanche, 37% à avoir vu leurs économies diminuer. Par ailleurs, 43% des personnes interrogées reconnaissent que leur épargne n'est pas suffisante pour maintenir leur train de vie actuel pendant trois mois en cas de baisse subite de leurs revenus. Près de la moitié des Belges affirment qu'ils n'ont pas de dettes personnelles comme des arriérés liés à des cartes de crédits ou des prêts entre proches (les prêts hypothécaires n'ont pas été pris en compte). Enfin, les différences régionales en matière d'épargne sont importantes, selon ING. Ainsi, près de 2 Flamands et Bruxellois sur 3 déclarent épargner, contre un peu plus de 4 Wallons sur 10. Un quart des Bruxellois et des Flamands ont vu leurs économies augmenter au cours de l'année passée, alors qu'ils ne sont que 13% en Wallonie. En Flandre, 53% des ménages affirment ne pas être endettés, contre seulement 38% en Wallonie.