L'ambition affichée par l'équipe Michel est la création de 300 places supplémentaires en plus des 90 places prévues dans le cadre d'un masterplan déjà approuvé. Au total, la capacité d'enfermement devrait avoir doublé d'ici la fin de la législature et représenter quelque 900 places. Le gouvernement veut aller rapidement, ont insisté tant M. Michel que le secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken. Il pourrait utiliser des casernes ou un "ponton", soit une infrastructure d'accueil installée sur l'eau, déjà utilisée à Gand en 2015. Ce genre de solution permet de gagner du temps en évitant les longues procédures de construction ou de rénovation de bâtiments. Par ailleurs, les actions menées avec les autorités locales sous la conduite des gouverneurs de provinces se poursuivent. A Bruxelles, un accent particulier sera mis sur la sécurité autour du Parc Maximilien, a expliqué le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon qui n'a pas caché son ambition de mettre un terme à l'"approche" menée à Haren où un centre d'hébergement est géré par des associations avec le soutien des autorités bruxelloises. (Belga)

L'ambition affichée par l'équipe Michel est la création de 300 places supplémentaires en plus des 90 places prévues dans le cadre d'un masterplan déjà approuvé. Au total, la capacité d'enfermement devrait avoir doublé d'ici la fin de la législature et représenter quelque 900 places. Le gouvernement veut aller rapidement, ont insisté tant M. Michel que le secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken. Il pourrait utiliser des casernes ou un "ponton", soit une infrastructure d'accueil installée sur l'eau, déjà utilisée à Gand en 2015. Ce genre de solution permet de gagner du temps en évitant les longues procédures de construction ou de rénovation de bâtiments. Par ailleurs, les actions menées avec les autorités locales sous la conduite des gouverneurs de provinces se poursuivent. A Bruxelles, un accent particulier sera mis sur la sécurité autour du Parc Maximilien, a expliqué le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon qui n'a pas caché son ambition de mettre un terme à l'"approche" menée à Haren où un centre d'hébergement est géré par des associations avec le soutien des autorités bruxelloises. (Belga)