L'enquête a été initiée par la police judiciaire fédérale (PJF), et plus particulièrement la PJF d'Anvers. Le dossier est dirigé par un juge d'instruction du tribunal de première instance d'Anvers, division Malines. Il a été ouvert fin 2018 à la suite de plusieurs enquêtes menées dans toute la Belgique ces dernières années. Le constat a été posé, sur base du travail policier, que les organisation criminelles utilisaient de plus en plus souvent des "cryptophones". Avant cette opération, 185 de ces téléphones, équipés du logiciel de cryptage de SKY ECC, une société opérant depuis le Canada et les Etats-Unis, avaient été saisis en Belgique. (Belga)

L'enquête a été initiée par la police judiciaire fédérale (PJF), et plus particulièrement la PJF d'Anvers. Le dossier est dirigé par un juge d'instruction du tribunal de première instance d'Anvers, division Malines. Il a été ouvert fin 2018 à la suite de plusieurs enquêtes menées dans toute la Belgique ces dernières années. Le constat a été posé, sur base du travail policier, que les organisation criminelles utilisaient de plus en plus souvent des "cryptophones". Avant cette opération, 185 de ces téléphones, équipés du logiciel de cryptage de SKY ECC, une société opérant depuis le Canada et les Etats-Unis, avaient été saisis en Belgique. (Belga)