L'armée et la police seront toujours présentes afin d'assurer la sécurisation de l'ensemble du réseau, précise encore la société de transport en commun bruxelloise.

Depuis l'attentat qui a frappé la station Maelbeek le 22 mars, les accès aux stations de (pré)métro étaient limités, pour des raisons de sécurité, à une ou deux entrées/sorties par station.

L'armée et la police seront toujours présentes afin d'assurer la sécurisation de l'ensemble du réseau, précise encore la société de transport en commun bruxelloise. Depuis l'attentat qui a frappé la station Maelbeek le 22 mars, les accès aux stations de (pré)métro étaient limités, pour des raisons de sécurité, à une ou deux entrées/sorties par station.