Touring réclame la mise la place d'un plan Marshall pour les transports et les infrastructures de transport assorti "des incitants fiscaux indispensables". "Pour qu'un tel plan soit possible au niveau national, la mobilité doit être débattue à l'échelon fédéral", réclame Touring, qui estime que la mobilité doit être une compétence dévolue à ce niveau de pouvoir. Actuellement, les compétences sont en effet morcelées entre le fédéral et les Régions, les communes disposant également de prérogatives en la matière. Plus largement, Touring plaide aussi pour "plus d'ambition et d'uniformisation à l'échelon européen."

Selon l'organisation de mobilité, le fédéral "doit poursuivre ses efforts pour assurer l'accessibilité de solutions de mobilité intégrées en créant un cadre juridique qui ouvre la voie au développement de nouveaux services sur un marché ouvert." Elle propose aussi de "tenir compte d'un système national de taxation kilométrique intelligente."

Touring appelle également les partis à "soutenir et encourager la mobilité verte", à "une plus grande coopération numérique entre les acteurs de la mobilité" et à "plus d'attention à la formation à la multimodalité".