La police, le parquet et l'organisateur ont appliqué une tolérance zéro en matière de drogue lors de ce premier week-end à Boom, auquel ont participé un total de 200.000 personnes. Les 248 festivaliers détenant de la drogue à des fins de consommation personnelle ont été sanctionnés via une transaction immédiate d'un montant de 75 euros (drogues douces) ou de 150 euros (drogues dures), et ont été immédiatement exclus de l'événement. Douze taxis illégaux ont par ailleurs été saisis jusqu'au 31 juillet. Un second week-end de festivités est prévu de jeudi à dimanche, avec à nouveau quelque 200.000 personnes attendues. Les organisateurs de l'événement ont suscité la polémique pour avoir préalablement refusé l'accès au festival à 38 détenteurs de ticket à la suite d'un screening effectué par la police fédérale, sans justifier le motif de ces refus. (Belga)

La police, le parquet et l'organisateur ont appliqué une tolérance zéro en matière de drogue lors de ce premier week-end à Boom, auquel ont participé un total de 200.000 personnes. Les 248 festivaliers détenant de la drogue à des fins de consommation personnelle ont été sanctionnés via une transaction immédiate d'un montant de 75 euros (drogues douces) ou de 150 euros (drogues dures), et ont été immédiatement exclus de l'événement. Douze taxis illégaux ont par ailleurs été saisis jusqu'au 31 juillet. Un second week-end de festivités est prévu de jeudi à dimanche, avec à nouveau quelque 200.000 personnes attendues. Les organisateurs de l'événement ont suscité la polémique pour avoir préalablement refusé l'accès au festival à 38 détenteurs de ticket à la suite d'un screening effectué par la police fédérale, sans justifier le motif de ces refus. (Belga)