Le nouveau secrétaire d'Etat, ancien PDG du pétrolier ExxonMobil, est attendu à Tokyo, au Japon, mercredi (15 mars), avant de poursuivre vers Séoul en Corée du Sud où il est attendu vendredi, puis Pékin les 18 et 19 mars. La première étape du voyage fera se rencontrer Rex Tillerson et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ainsi que son homologue Fumio Kishida. Le président américain Donald Trump est en fait en quête d'une nouvelle stratégie pour éviter une déflagration avec la Corée du Nord, dont les programmes balistique et nucléaire forment un dossier épineux. Interrogé sur les objectifs de son très discret patron Rex Tillerson - qui voyagera sans la presse accréditée - le département d'Etat n'a fourni aucune piste d'action concrète. L'administration Trump devrait cependant poursuivre la stratégie de Barack Obama dans son souhait d'impliquer davantage la Chine dans le contrôle des velléités nucléaires de Pyongyang. La Maison Blanche a d'ailleurs indiqué lundi avoir le projet d'organiser la première rencontre réelle entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, le mois prochain dans la proprité de Mar-a-Lago du milliardaire, en Floride, indique la chaîne télévisée CNN sur base d'une source officielle. Rex Tillerson serait notamment chargé, lors de son passage à Pékin cette semaine, de finaliser l'organisation de ce "sommet" Etats-Unis - Chine sur sol américain. Sean Spicer, porte-parole de Donald Trump, a confirmé aux journalistes qu'une telle rencontre est en préparation, mais a précisé que la date en est encore inconnue. (Belga)

Le nouveau secrétaire d'Etat, ancien PDG du pétrolier ExxonMobil, est attendu à Tokyo, au Japon, mercredi (15 mars), avant de poursuivre vers Séoul en Corée du Sud où il est attendu vendredi, puis Pékin les 18 et 19 mars. La première étape du voyage fera se rencontrer Rex Tillerson et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ainsi que son homologue Fumio Kishida. Le président américain Donald Trump est en fait en quête d'une nouvelle stratégie pour éviter une déflagration avec la Corée du Nord, dont les programmes balistique et nucléaire forment un dossier épineux. Interrogé sur les objectifs de son très discret patron Rex Tillerson - qui voyagera sans la presse accréditée - le département d'Etat n'a fourni aucune piste d'action concrète. L'administration Trump devrait cependant poursuivre la stratégie de Barack Obama dans son souhait d'impliquer davantage la Chine dans le contrôle des velléités nucléaires de Pyongyang. La Maison Blanche a d'ailleurs indiqué lundi avoir le projet d'organiser la première rencontre réelle entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, le mois prochain dans la proprité de Mar-a-Lago du milliardaire, en Floride, indique la chaîne télévisée CNN sur base d'une source officielle. Rex Tillerson serait notamment chargé, lors de son passage à Pékin cette semaine, de finaliser l'organisation de ce "sommet" Etats-Unis - Chine sur sol américain. Sean Spicer, porte-parole de Donald Trump, a confirmé aux journalistes qu'une telle rencontre est en préparation, mais a précisé que la date en est encore inconnue. (Belga)