Selon l'ONG spécialisée Pew, ce quota à l'horizon 2020 est "le plus élevé jamais" adopté et, avec un tel volume autorisé, il est à craindre un "déclin dans un futur proche de l'espèce". Le thon rouge de Méditerranée et de l'Atlantique Est a été victime de la surpêche dans les années 1990-2000 avant que l'établissement en 2007 d'un quota et de mesures de régulation draconiennes ne commence à reconstituer le stock. En 2014, le quota était de 13.500 tonnes et avait déjà été relevé de 20% par an, pendant trois ans. Les quotas devraient grimper à 28.200 tonnes en 2018, 32.240 en 2019 et 36.000 en 2020, ont indiqué des participants à la réunion. Ces décisions ont été approuvées en fin d'après-midi par l'assemblée plénière de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta, Iccat en anglais), un organisme qui compte 52 membres (51 pays + l'Union européenne), réunis depuis le 14 novembre à Marrakech. Le stock actuel de thons rouges adultes est estimé à un peu moins de 500.000 tonnes. La Cicta a également modifié la clé de répartition des quotas par pays. Avec 15.850 tonnes en 2018, 17.536 en 2019 et 19.360 en 2020, l'Union européenne voit ainsi sa part relative baisser d'environ 59% à quelque 54%. Plusieurs pays, notamment la Turquie, la Libye, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Islande et la Norvège avaient réclamé une hausse de leurs quotas. (Belga)

Selon l'ONG spécialisée Pew, ce quota à l'horizon 2020 est "le plus élevé jamais" adopté et, avec un tel volume autorisé, il est à craindre un "déclin dans un futur proche de l'espèce". Le thon rouge de Méditerranée et de l'Atlantique Est a été victime de la surpêche dans les années 1990-2000 avant que l'établissement en 2007 d'un quota et de mesures de régulation draconiennes ne commence à reconstituer le stock. En 2014, le quota était de 13.500 tonnes et avait déjà été relevé de 20% par an, pendant trois ans. Les quotas devraient grimper à 28.200 tonnes en 2018, 32.240 en 2019 et 36.000 en 2020, ont indiqué des participants à la réunion. Ces décisions ont été approuvées en fin d'après-midi par l'assemblée plénière de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta, Iccat en anglais), un organisme qui compte 52 membres (51 pays + l'Union européenne), réunis depuis le 14 novembre à Marrakech. Le stock actuel de thons rouges adultes est estimé à un peu moins de 500.000 tonnes. La Cicta a également modifié la clé de répartition des quotas par pays. Avec 15.850 tonnes en 2018, 17.536 en 2019 et 19.360 en 2020, l'Union européenne voit ainsi sa part relative baisser d'environ 59% à quelque 54%. Plusieurs pays, notamment la Turquie, la Libye, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Islande et la Norvège avaient réclamé une hausse de leurs quotas. (Belga)