Les deux hommes ont pourtant mal négocié la précédente épreuve, le rallye de Finlande. Ogier (M-Sport/Ford) a été contraint à l'abandon sur accident, et Neuville a dû se contenter de la sixième place en raison d'un manque de performance de sa Hyundai. La dynamique est en faveur du Belge de 29 ans, qui a grappillé point après point pour revenir à égalité avec le Français quadruple champion du monde (160 points). Neuville occupe formellement la tête du classement, au bénéfice du nombre de victoires. L'épreuve allemande a en outre toujours souri à Hyundai ces dernières saisons. C'est sur les routes de la Sarre que Neuville avait remporté son premier rallye WRC en 2014, devant son coéquipier Dani Sordo. Et la saison dernière, Hyundai a de nouveau réussi un double podium, avec cette fois Sordo deuxième et Neuville troisième. "L'Allemagne est un rendez-vous qui nous est généralement favorable", constate Neuville, "nous y avons beaucoup de bons souvenirs. Arriver en leader du championnat du monde est une expérience nouvelle. Ce ne sera pas facile mais je sais que nous pouvons nous battre devant". En tant que leader du championnat, Neuville ouvrira la route lors de cette dixième manche de la saison. Ogier n'arrive pas non plus sans repères: trois fois vainqueur de l'épreuve, avec Citroën (2011) puis Volkswagen (2015 et 2016), il est heureux de retrouver le dur après une série de courses sur terre: "C'est toujours bien de revenir sur l'asphalte et les routes du rallye d'Allemagne proposent l'un des défis les plus intéressants du calendrier", analyse-t-il: "C'est un rallye difficile où il faut trouver le bon réglage mental et mécanique, pour s'adapter à ses différentes caractéristiques". Le revêtement emprunté par la course est en effet loin d'être uniforme, avec trois types de surfaces bien différenciées: des passages étroits et très sinueux dans les vignobles le vendredi, les routes bétonnées et bordées de pierres du camp militaire de Baumholder le samedi, et un asphalte plus classique le dimanche. La météo annonce du temps couvert pour la fin de semaine, voire de la pluie vendredi: "Sur le mouillé, c'est encore plus difficile et les fautes pardonnent rarement", prévient Ogier. (Belga)

Les deux hommes ont pourtant mal négocié la précédente épreuve, le rallye de Finlande. Ogier (M-Sport/Ford) a été contraint à l'abandon sur accident, et Neuville a dû se contenter de la sixième place en raison d'un manque de performance de sa Hyundai. La dynamique est en faveur du Belge de 29 ans, qui a grappillé point après point pour revenir à égalité avec le Français quadruple champion du monde (160 points). Neuville occupe formellement la tête du classement, au bénéfice du nombre de victoires. L'épreuve allemande a en outre toujours souri à Hyundai ces dernières saisons. C'est sur les routes de la Sarre que Neuville avait remporté son premier rallye WRC en 2014, devant son coéquipier Dani Sordo. Et la saison dernière, Hyundai a de nouveau réussi un double podium, avec cette fois Sordo deuxième et Neuville troisième. "L'Allemagne est un rendez-vous qui nous est généralement favorable", constate Neuville, "nous y avons beaucoup de bons souvenirs. Arriver en leader du championnat du monde est une expérience nouvelle. Ce ne sera pas facile mais je sais que nous pouvons nous battre devant". En tant que leader du championnat, Neuville ouvrira la route lors de cette dixième manche de la saison. Ogier n'arrive pas non plus sans repères: trois fois vainqueur de l'épreuve, avec Citroën (2011) puis Volkswagen (2015 et 2016), il est heureux de retrouver le dur après une série de courses sur terre: "C'est toujours bien de revenir sur l'asphalte et les routes du rallye d'Allemagne proposent l'un des défis les plus intéressants du calendrier", analyse-t-il: "C'est un rallye difficile où il faut trouver le bon réglage mental et mécanique, pour s'adapter à ses différentes caractéristiques". Le revêtement emprunté par la course est en effet loin d'être uniforme, avec trois types de surfaces bien différenciées: des passages étroits et très sinueux dans les vignobles le vendredi, les routes bétonnées et bordées de pierres du camp militaire de Baumholder le samedi, et un asphalte plus classique le dimanche. La météo annonce du temps couvert pour la fin de semaine, voire de la pluie vendredi: "Sur le mouillé, c'est encore plus difficile et les fautes pardonnent rarement", prévient Ogier. (Belga)