"Je soutiens toutes les personnes qui veulent exprimer leur protestation, leur frustration, mais aussi leur inquiétude au sujet de ce pacte, car je partage cette inquiétude, cette colère et cette frustration. Cette manifestation allait être interdite, mais heureusement elle aura lieu grâce à une intervention du Conseil d'État", déclare-t-il dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook.

Il ajoute encore qu'il a vécu de nombreuses manifestations de personnes "illégales, souvent sans papiers" qui n'avaient aucune raison d'être en Belgique. Selon lui, celles-ci ne posaient aucun problème à "l'administration de gauche bruxelloise".

Il ajoute que c'est le modèle actuel de migration qui est en cause, "le chaos, la migration illégale, les noyades et la problématique culturelle". Il exhorte les manifestants à ne pas s'en prendre aux migrants individuels et à éviter tout acte de violence, ce qui selon lui ferait le jeu de ses adversaires.

Theo Francken, ainsi que tous les autres secrétaires d'État et ministres N-VA, ont claqué la porte du gouvernement le 8 décembre dernier suite à la décision du Premier ministre Charles Michel (MR) de ratifier le Pacte des Migrations de l'ONU au nom de la Belgique.

"Je soutiens toutes les personnes qui veulent exprimer leur protestation, leur frustration, mais aussi leur inquiétude au sujet de ce pacte, car je partage cette inquiétude, cette colère et cette frustration. Cette manifestation allait être interdite, mais heureusement elle aura lieu grâce à une intervention du Conseil d'État", déclare-t-il dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook.Il ajoute encore qu'il a vécu de nombreuses manifestations de personnes "illégales, souvent sans papiers" qui n'avaient aucune raison d'être en Belgique. Selon lui, celles-ci ne posaient aucun problème à "l'administration de gauche bruxelloise". Il ajoute que c'est le modèle actuel de migration qui est en cause, "le chaos, la migration illégale, les noyades et la problématique culturelle". Il exhorte les manifestants à ne pas s'en prendre aux migrants individuels et à éviter tout acte de violence, ce qui selon lui ferait le jeu de ses adversaires.Theo Francken, ainsi que tous les autres secrétaires d'État et ministres N-VA, ont claqué la porte du gouvernement le 8 décembre dernier suite à la décision du Premier ministre Charles Michel (MR) de ratifier le Pacte des Migrations de l'ONU au nom de la Belgique.