Lors de son arrivée sur le marché publicitaire belge en 2017, TF1 avait opté pour la régie flamande Transfer, avant de conclure il y a quelques mois un accord avec IP Belgium. Après un démarrage mitigé dans le marché publicitaire belge, TF1 avait décidé il y a un an de rendre accessibles tous ses écrans aux annonceurs belges mais "le nombre d'écrans ouverts va maintenant être réduit afin qu'ils soient les plus complets possibles" et d'éviter au maximum de combler avec des publicités françaises, explique Denis Masquelier, qui précise que ce nombre sera progressivement revu à la hausse à l'avenir. Les écrans publicitaires confiés à IP porteront sur toutes les tranches horaires, associées aussi bien aux rendez-vous dédiés aux enfants en matinée, qu'aux programmes diffusés le midi et l'après-midi ou en access prime-time et soirée. Au départ, la RTBF et surtout RTL Belgium avaient vigoureusement contesté l'entrée de TF1 dans l'écosystème publicitaire belge francophone, qu'elles redoutaient depuis des décennies. La direction de RTL Belgium avait notamment justifié son dernier plan de restructuration par la nécessité d'adapter l'entreprise au grignotage du gâteau publicitaire par la chaîne télévisée française. Mais jusqu'ici, le séisme a été plus léger qu'attendu et IP Belgium a donc finalement décidé de tirer parti de l'installation de TF1 en Belgique. "Dans le monde des affaires, les vérités d'un jour ne sont pas celles d'un autre jour", reconnait Denis Masquelier. "Comme IP l'organise déjà sur le plan national en commercialisant notamment les espaces publicitaires de différents groupes tels que Bel RTL, Nostalgie, NRJ Vlaanderen, Radio Contact ou Fun Radio, IP Belgium sera désormais en mesure de faciliter l'accès des annonceurs aux audiences différentes de marques appréciées par le public, au travers d'une offre commerciale cohérente et complémentaire", précise-t-on encore du côté d'IP Belgium. "On a tout intérêt à créer des synergies et des ponts car nous vivons dans un petit pays où il est difficile de multiplier les offres commerciales." "Par ailleurs, l'ADN de TF1 est proche de celui de RTL ce qui donne encore plus de sens à ce rapprochement", conclut-il. (Belga)