L'organisation de défense du consommateur a analysé l'emballage et la composition de 25 compléments pour le sommeil et constaté plusieurs problèmes. D'abord, certains de ces produits se revendiquent phytothérapeutiques. Or, l'Autorité européenne pour la sécurité des médicaments (EFSA) doit encore se prononcer sur le bien-fondé des allégations concernant la phytothérapie, la médecine par les plantes. Selon Test-Achats, les fabricants ne se gênent pourtant pas pour mettre en valeur des effets bénéfiques de leurs produits sur la santé. Ensuite, les compléments alimentaires pour le sommeil sont déconseillés à certains publics comme les enfants ou les femmes enceintes. D'après Test-Achats, certains fabricants n'hésitent toutefois pas à indiquer la mention "KIDS" sur l'avant de leur emballage alors que les mentions au dos de celui-ci précisent que le produit ne convient pas aux enfants de moins de 12 ans. L'organisation de protection des consommateurs considère ces informations contradictoires comme une pratique commerciale trompeuse. Enfin, Test-Achat regrette la confusion qui règne autour de la dose active dans ces produits. Par exemple, dans un complément alimentaire qui indique 450 mg d'extrait concentré de valériane, on pourrait s'attendre à ce que chaque capsule contienne cette dose de plante. Or, c'est l'ensemble du flacon qui contient 450 mg, ce qui représente une dose infime. Test-Achats déplore aussi que les grands emballages et les promotions sur ces compléments pour le sommeil incitent à une consommation plus intense alors que la période d'utilisation de ce type de produits doit être restreinte. L'organisation de protection du consommateur rappelle aussi que les recherches scientifiques déconseillent d'avoir recours à des somnifères ou à des compléments alimentaires pour pallier ses problèmes de sommeil. (Belga)

L'organisation de défense du consommateur a analysé l'emballage et la composition de 25 compléments pour le sommeil et constaté plusieurs problèmes. D'abord, certains de ces produits se revendiquent phytothérapeutiques. Or, l'Autorité européenne pour la sécurité des médicaments (EFSA) doit encore se prononcer sur le bien-fondé des allégations concernant la phytothérapie, la médecine par les plantes. Selon Test-Achats, les fabricants ne se gênent pourtant pas pour mettre en valeur des effets bénéfiques de leurs produits sur la santé. Ensuite, les compléments alimentaires pour le sommeil sont déconseillés à certains publics comme les enfants ou les femmes enceintes. D'après Test-Achats, certains fabricants n'hésitent toutefois pas à indiquer la mention "KIDS" sur l'avant de leur emballage alors que les mentions au dos de celui-ci précisent que le produit ne convient pas aux enfants de moins de 12 ans. L'organisation de protection des consommateurs considère ces informations contradictoires comme une pratique commerciale trompeuse. Enfin, Test-Achat regrette la confusion qui règne autour de la dose active dans ces produits. Par exemple, dans un complément alimentaire qui indique 450 mg d'extrait concentré de valériane, on pourrait s'attendre à ce que chaque capsule contienne cette dose de plante. Or, c'est l'ensemble du flacon qui contient 450 mg, ce qui représente une dose infime. Test-Achats déplore aussi que les grands emballages et les promotions sur ces compléments pour le sommeil incitent à une consommation plus intense alors que la période d'utilisation de ce type de produits doit être restreinte. L'organisation de protection du consommateur rappelle aussi que les recherches scientifiques déconseillent d'avoir recours à des somnifères ou à des compléments alimentaires pour pallier ses problèmes de sommeil. (Belga)