Où partent ces millions de tonnes de terres, souvent polluées, qui quittent les innombrables chantiers publics en Wallonie ? Par qui et à quel coût sont-elles traitées ? Et, surtout, comment s'assurer que les intérêts financiers des uns et des autres ne bafouent pas le respect de la législation en vigueur ? Des questions, Vincent Sampaoli, Premier échevin PS à Andenne et ex-député wallon, ne cesse d'en poser depuis des années, à la suite de mauvaises expériences sur plusieurs chantiers communaux. Cette fois, sa ville s'apprête à introduire un recours en annulation devant le conseil d'Etat à l'encontre d'une décision prise par le gouvernement wallon le 14 mars dernier : celle de confier "la gestion et la traçabilité des terres en Région wallonne" à l'ASBL Walterre, qui s'est constituée pour l'occasion au mois de janvier.
...