"Outre la ville de Gand, où les tags sur les façades sont particulièrement visibles, le vandalisme et les menaces de mort concernent également Anvers, Bruxelles, le Limbourg etc. La situation va de mal en pis et cela doit cesser", insiste-t-il. "Nous avons requis une enquête approfondie. Aucun nom n'est cité dans la plainte", a-t-il encore indiqué. Selon l'organisation Fedactio, son premier souhait est de favoriser la conciliation et un dialogue de paix. "Nous sommes donc prêts, en tout temps, à nouer le dialogue avec celui qui le souhaite et à faire le nécessaire pour que le calme revienne". Dans son communiqué, Fedactio condamne "toute forme d'intervention antidémocratique contre un gouvernement légalement élu". (Belga)

"Outre la ville de Gand, où les tags sur les façades sont particulièrement visibles, le vandalisme et les menaces de mort concernent également Anvers, Bruxelles, le Limbourg etc. La situation va de mal en pis et cela doit cesser", insiste-t-il. "Nous avons requis une enquête approfondie. Aucun nom n'est cité dans la plainte", a-t-il encore indiqué. Selon l'organisation Fedactio, son premier souhait est de favoriser la conciliation et un dialogue de paix. "Nous sommes donc prêts, en tout temps, à nouer le dialogue avec celui qui le souhaite et à faire le nécessaire pour que le calme revienne". Dans son communiqué, Fedactio condamne "toute forme d'intervention antidémocratique contre un gouvernement légalement élu". (Belga)