Le gouvernement turc tient le prédicateur, qui vit en exil aux Etats-Unis, pour responsable de la tentative de putsch et a déjà réclamé à plusieurs reprises son extradition. L'administration Obama n'a jamais donné suite à ces demandes mais l'ancien lieutenant-général Michael Flynn, l'un des principaux conseillers du nouveau président élu américain Donald Trump, a laissé entendre la semaine passée, après la victoire du milliardaire républicain, qu'une extradition pourrait être possible. "L'Europe a également sous-estimé ce qui s'est tramé là-bas. Il est depuis lors clair que ce qu'a dit le président Recep Tayyip Erdogan sur le rôle du mouvement Gülen dans les faits n'est pas un non-sens total", concède Frans Timmermans. "Mais s'il insiste sur le rétablissement de la peine de mort, il s'écarte alors fondamentalement de l'Union européenne mais aussi du Conseil européen, dont la Turquie est membre. Regardez aussi la quantité gigantesque de purges qui ont eu lieu et ce qu'il se passe avec les médias", pointe du doigt le vice-président néerlandais. (Belga)

Le gouvernement turc tient le prédicateur, qui vit en exil aux Etats-Unis, pour responsable de la tentative de putsch et a déjà réclamé à plusieurs reprises son extradition. L'administration Obama n'a jamais donné suite à ces demandes mais l'ancien lieutenant-général Michael Flynn, l'un des principaux conseillers du nouveau président élu américain Donald Trump, a laissé entendre la semaine passée, après la victoire du milliardaire républicain, qu'une extradition pourrait être possible. "L'Europe a également sous-estimé ce qui s'est tramé là-bas. Il est depuis lors clair que ce qu'a dit le président Recep Tayyip Erdogan sur le rôle du mouvement Gülen dans les faits n'est pas un non-sens total", concède Frans Timmermans. "Mais s'il insiste sur le rétablissement de la peine de mort, il s'écarte alors fondamentalement de l'Union européenne mais aussi du Conseil européen, dont la Turquie est membre. Regardez aussi la quantité gigantesque de purges qui ont eu lieu et ce qu'il se passe avec les médias", pointe du doigt le vice-président néerlandais. (Belga)