Cette déclaration vise à "blanchir" le groupe de Gülen en Europe, s'est insurgé à la télévision le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin. Le ministre turc de la Défense, Fikri Isik, a été jusqu'à se demander si les autorités allemandes n'étaient pas elles-même impliquées dans le coup d'Etat. Le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, à la tête d'un vaste réseau d'écoles, d'entreprises et d'ONG, est accusé par les autorités turques d'avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet 2016 mais il dément catégoriquement toute implication. "La Turquie a essayé à différents niveaux de nous en convaincre. Mais jusqu'ici elle n'y est pas parvenue", avait affirmé Bruno Kahl, président du Service fédéral d'informations (BND), dans un entretien publié samedi par l'hebdomadaire der Spiegel. "C'est une déclaration des plus malencontreuses", a rétorqué Fikri Isik. "Le fait que le chef du renseignement allemand fasse une telle déclaration accroît les doutes sur l'Allemagne et relance la question de savoir si le renseignement allemand n'est pas derrière le coup", a-t-il ajouté. (Belga)

Cette déclaration vise à "blanchir" le groupe de Gülen en Europe, s'est insurgé à la télévision le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin. Le ministre turc de la Défense, Fikri Isik, a été jusqu'à se demander si les autorités allemandes n'étaient pas elles-même impliquées dans le coup d'Etat. Le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, à la tête d'un vaste réseau d'écoles, d'entreprises et d'ONG, est accusé par les autorités turques d'avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet 2016 mais il dément catégoriquement toute implication. "La Turquie a essayé à différents niveaux de nous en convaincre. Mais jusqu'ici elle n'y est pas parvenue", avait affirmé Bruno Kahl, président du Service fédéral d'informations (BND), dans un entretien publié samedi par l'hebdomadaire der Spiegel. "C'est une déclaration des plus malencontreuses", a rétorqué Fikri Isik. "Le fait que le chef du renseignement allemand fasse une telle déclaration accroît les doutes sur l'Allemagne et relance la question de savoir si le renseignement allemand n'est pas derrière le coup", a-t-il ajouté. (Belga)