Selon Erdogan, "aucune autre nation au monde ne retient les balles avec sa poitrine et les tanks avec ses poings", comme les opposants aux putschistes l'avaient fait. En écho à la mobilisation populaire massive qui a contribué à mettre en échec le putsch l'année dernière, des dizaines de milliers de Turcs avaient investi les places publiques pour participer à une "veillée démocratique" jusqu'à dimanche minuit. Après minuit, les quelque 90.000 mosquées du pays ont diffusé des prières en hommage aux morts. Samedi soir, la voix du président est également parvenue à de nombreux Turcs via leur téléphone portable. "En tant que président, je vous adresse mes v?ux pour la journée de la démocratie et de l'unité nationale", déclare Erdogan dans un message vocal enregistré qui s'enclenchait quand les abonnés à Turkcell et à Vodafone, les deux principaux opérateurs mobiles, tentaient d'appeler l'un de leurs contacts. Cette initiative inédite de la présidence turque n'a pas laissé indifférent. "Ca suffit. Maintenant, il s'introduit même dans nos téléphones (...) C'est comme un cauchemar", a déploré un député du principal parti d'opposition (CHP, social-démocrate), Aykut Erdogdu. (Belga)

Selon Erdogan, "aucune autre nation au monde ne retient les balles avec sa poitrine et les tanks avec ses poings", comme les opposants aux putschistes l'avaient fait. En écho à la mobilisation populaire massive qui a contribué à mettre en échec le putsch l'année dernière, des dizaines de milliers de Turcs avaient investi les places publiques pour participer à une "veillée démocratique" jusqu'à dimanche minuit. Après minuit, les quelque 90.000 mosquées du pays ont diffusé des prières en hommage aux morts. Samedi soir, la voix du président est également parvenue à de nombreux Turcs via leur téléphone portable. "En tant que président, je vous adresse mes v?ux pour la journée de la démocratie et de l'unité nationale", déclare Erdogan dans un message vocal enregistré qui s'enclenchait quand les abonnés à Turkcell et à Vodafone, les deux principaux opérateurs mobiles, tentaient d'appeler l'un de leurs contacts. Cette initiative inédite de la présidence turque n'a pas laissé indifférent. "Ca suffit. Maintenant, il s'introduit même dans nos téléphones (...) C'est comme un cauchemar", a déploré un député du principal parti d'opposition (CHP, social-démocrate), Aykut Erdogdu. (Belga)