M. Yildirim, qui s'exprimait devant la presse à Ankara, a indiqué que 2.839 militaires avaient été arrêtés en lien avec cette tentative qu'il a qualifiée de "tache" sur la démocratie turque. La situation est "entièrement sous contrôle", a-t-il ajouté. "Ces lâches écoperont de la peine qu'il méritent", a martelé le chef du gouvernement. Auparavant le chef de l'armée avait fait état de son côté de 104 putschistes abattus. Tout comme le président Recep Tayyip Erdogan, M. Yildirim a accusé le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen d'être derrière cette initiative sanglante. Le régime turc considère que M. Gülen, un ex-allié de M. Erdogan, est à la tête d'une "organisation terroriste". Ankara avait par le passé demandé à Washington de l'expulser, ce que les Américains ont toujours refusé. "Le pays qui sera aux côtés de Fethullah Gülen n'est pas notre ami", a lancé M. Yildirim, sans citer nommément les Etats-Unis, alliés d'Ankara au sein de l'Otan. (Belga)

M. Yildirim, qui s'exprimait devant la presse à Ankara, a indiqué que 2.839 militaires avaient été arrêtés en lien avec cette tentative qu'il a qualifiée de "tache" sur la démocratie turque. La situation est "entièrement sous contrôle", a-t-il ajouté. "Ces lâches écoperont de la peine qu'il méritent", a martelé le chef du gouvernement. Auparavant le chef de l'armée avait fait état de son côté de 104 putschistes abattus. Tout comme le président Recep Tayyip Erdogan, M. Yildirim a accusé le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen d'être derrière cette initiative sanglante. Le régime turc considère que M. Gülen, un ex-allié de M. Erdogan, est à la tête d'une "organisation terroriste". Ankara avait par le passé demandé à Washington de l'expulser, ce que les Américains ont toujours refusé. "Le pays qui sera aux côtés de Fethullah Gülen n'est pas notre ami", a lancé M. Yildirim, sans citer nommément les Etats-Unis, alliés d'Ankara au sein de l'Otan. (Belga)