"En étroite collaboration avec nos alliés, il y aura des conséquences militaires fortes si la Corée du Nord engage les hostilités", a-t-il affirmé après une rencontre avec son homologue japonais à Washington. Le conseiller stratégique de la Maison Blanche, Steve Bannon, avait de son côté critiqué la stratégie américaine dans une interview publiée mercredi. "Il n'y a pas de solution militaire, laissons tomber. Tant que quelqu'un n'aura pas résolu l'équation qui me démontrerait que dix millions de Sud-Coréens ne mourront pas dans les 30 minutes suivantes, tués par des armes conventionnelles, je ne vois pas de quoi on parle, il n'y a pas de solution militaire, ils nous tiennent", a déclaré le conseiller controversé. Son commentaire intervient alors que le président Trump avait lui-même promis "le feu et la colère" à Pyongyang si le régime nord-coréen persiste à menacer les Etats-Unis avec ses missiles et son programme nucléaire. "La Corée du Nord doit mettre un terme à ses actions dangereuses", a insisté Jim Mattis. Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, qui a rencontré avec lui les ministres japonais des Affaires étrangères et de la Défense, Taro Kono et Itsunori Onodera, a également défendu la stratégie américaine de "pression" diplomatique accompagnée d'une menace d'action militaire. (Belga)

"En étroite collaboration avec nos alliés, il y aura des conséquences militaires fortes si la Corée du Nord engage les hostilités", a-t-il affirmé après une rencontre avec son homologue japonais à Washington. Le conseiller stratégique de la Maison Blanche, Steve Bannon, avait de son côté critiqué la stratégie américaine dans une interview publiée mercredi. "Il n'y a pas de solution militaire, laissons tomber. Tant que quelqu'un n'aura pas résolu l'équation qui me démontrerait que dix millions de Sud-Coréens ne mourront pas dans les 30 minutes suivantes, tués par des armes conventionnelles, je ne vois pas de quoi on parle, il n'y a pas de solution militaire, ils nous tiennent", a déclaré le conseiller controversé. Son commentaire intervient alors que le président Trump avait lui-même promis "le feu et la colère" à Pyongyang si le régime nord-coréen persiste à menacer les Etats-Unis avec ses missiles et son programme nucléaire. "La Corée du Nord doit mettre un terme à ses actions dangereuses", a insisté Jim Mattis. Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, qui a rencontré avec lui les ministres japonais des Affaires étrangères et de la Défense, Taro Kono et Itsunori Onodera, a également défendu la stratégie américaine de "pression" diplomatique accompagnée d'une menace d'action militaire. (Belga)