"Je vous écris pour vous informer d'une nouvelle action très dangereuse, provocatrice et illégale des forces militaires américaines contre l'intégrité territoriale de l'Iran", a écrit l'ambassadeur iranien auprès de l'ONU Majid Takht Ravanchi. Dans sa missive, l'Iran --qui s'abstient de demander une réunion en urgence du Conseil de sécurité-- souligne ne pas "chercher la guerre" mais affirme "se réserver le droit de prendre toutes mesures appropriées contre les violations de son territoire qu'il est déterminé à défendre vigoureusement au sol, en mer et dans les airs". Téhéran affirme aussi que le drone américain abattu jeudi a mené une opération d'espionnage dans le détroit d'Ormuz et, lors de son retour, "est entré dans l'espace aérien iranien" ce qui a entrainé une riposte de la défense aérienne iranienne à son encontre. La lettre iranienne se conclut par une demande faite aux Nations unies d'intervenir pour que les Etats-Unis "mettent un terme à leurs actions illégales et déstabilisatrices dans la région déjà volatile du Golfe". (Belga)

"Je vous écris pour vous informer d'une nouvelle action très dangereuse, provocatrice et illégale des forces militaires américaines contre l'intégrité territoriale de l'Iran", a écrit l'ambassadeur iranien auprès de l'ONU Majid Takht Ravanchi. Dans sa missive, l'Iran --qui s'abstient de demander une réunion en urgence du Conseil de sécurité-- souligne ne pas "chercher la guerre" mais affirme "se réserver le droit de prendre toutes mesures appropriées contre les violations de son territoire qu'il est déterminé à défendre vigoureusement au sol, en mer et dans les airs". Téhéran affirme aussi que le drone américain abattu jeudi a mené une opération d'espionnage dans le détroit d'Ormuz et, lors de son retour, "est entré dans l'espace aérien iranien" ce qui a entrainé une riposte de la défense aérienne iranienne à son encontre. La lettre iranienne se conclut par une demande faite aux Nations unies d'intervenir pour que les Etats-Unis "mettent un terme à leurs actions illégales et déstabilisatrices dans la région déjà volatile du Golfe". (Belga)