Durant cette visite de jeudi à dimanche à Pékin, sa deuxième depuis l'entrée en fonctions de l'administration de Donald Trump début 2017, le chef de la diplomatie américaine va rencontrer plusieurs hauts responsables chinois, a déclaré la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert. Il va discuter avec eux de la "dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais aussi de commerce et d'investissement, a-t-elle ajouté devant la presse à Washington. Le déplacement vise également à préparer la première visite en Chine du président américain, prévue en novembre dans le cadre d'une tournée qui le mènera par ailleurs au Japon et en Corée du Sud. Alors que l'administration Trump a publiquement accusé la Chine ces derniers mois de ne pas faire suffisamment pression sur la Corée du Nord pour qu'elle abandonne ses ambitions nucléaires, le ton semble s'être récemment adouci. Saluant des "progrès", la porte-parole a estimé que Pékin avait "fait des pas énormes dans la bonne direction", notamment en votant les sanctions décidées au Conseil de sécurité de l'ONU. Donald Trump a lui "applaudi" mardi Pékin, pour la seconde fois en moins d'une semaine, pour avoir selon lui "rompu tout lien bancaire" avec Pyongyang, une chose "impensable il y a seulement deux mois". (Belga)

Durant cette visite de jeudi à dimanche à Pékin, sa deuxième depuis l'entrée en fonctions de l'administration de Donald Trump début 2017, le chef de la diplomatie américaine va rencontrer plusieurs hauts responsables chinois, a déclaré la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert. Il va discuter avec eux de la "dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais aussi de commerce et d'investissement, a-t-elle ajouté devant la presse à Washington. Le déplacement vise également à préparer la première visite en Chine du président américain, prévue en novembre dans le cadre d'une tournée qui le mènera par ailleurs au Japon et en Corée du Sud. Alors que l'administration Trump a publiquement accusé la Chine ces derniers mois de ne pas faire suffisamment pression sur la Corée du Nord pour qu'elle abandonne ses ambitions nucléaires, le ton semble s'être récemment adouci. Saluant des "progrès", la porte-parole a estimé que Pékin avait "fait des pas énormes dans la bonne direction", notamment en votant les sanctions décidées au Conseil de sécurité de l'ONU. Donald Trump a lui "applaudi" mardi Pékin, pour la seconde fois en moins d'une semaine, pour avoir selon lui "rompu tout lien bancaire" avec Pyongyang, une chose "impensable il y a seulement deux mois". (Belga)