"L'espace politique est clairement très chargé à l'heure actuelle, mais nous n'avons constaté aucun changement dans la position des forces nord-coréennes", a-t-il indiqué au cours d'une audition devant la Commission des forces armées du Sénat américain. "Nous observons cela avec beaucoup d'attention", a souligné le général Dunford, questionné par le sénateur républicain John McCain sur les tensions avec le régime de Pyongyang. "Compte tenu des déclarations échangées par les dirigeants des deux pays, compte tenu de notre opération aérienne sur la côte et compte tenu de la réponse d'hier qui pourrait provoquer une réaction des Nord-Coréens", a-t-il ajouté. Le président américain a menacé la semaine dernière devant l'Assemblée générale de l'ONU de "détruire totalement" la Corée du Nord. Il avait aussi qualifié Kim Jong-Un "d'homme-fusée" embarqué dans une "mission suicide". Kim Jong-Un s'est de son côté livré à une attaque personnelle contre le président américain, accusé d'être "un gâteux mentalement dérangé". Les tensions ont atteint un nouveau sommet lundi, quand Pyongyang a accusé Washington de lui avoir "déclaré la guerre". Les craintes d'un affrontement accidentel - alors que les nerfs sont à vif - sont d'autant plus fortes, notamment en Asie, que, pour montrer qu'ils disposent d'options militaires face aux ambitions nucléaires de Pyongyang, les Etats-Unis ont fait voler durant le week-end des bombardiers stratégiques près des côtes nord-coréennes. La Corée du Nord s'est déclarée prête à les abattre à l'avenir. "Nous avons évidemment positionné nos forces pour répondre à une éventuelle provocation ou un conflit", a répondu le général Dunford. "Nous avons aussi pris les mesures adéquates pour protéger nos alliés - les Sud-Coréens, les Japonais -, nos forces ainsi que les ressortissants américains dans la région. Mais ce que nous n'avons pas constaté, c'est une activité militaire qui refléterait l'atmosphère politique chargée que vous décrivez". (Belga)

"L'espace politique est clairement très chargé à l'heure actuelle, mais nous n'avons constaté aucun changement dans la position des forces nord-coréennes", a-t-il indiqué au cours d'une audition devant la Commission des forces armées du Sénat américain. "Nous observons cela avec beaucoup d'attention", a souligné le général Dunford, questionné par le sénateur républicain John McCain sur les tensions avec le régime de Pyongyang. "Compte tenu des déclarations échangées par les dirigeants des deux pays, compte tenu de notre opération aérienne sur la côte et compte tenu de la réponse d'hier qui pourrait provoquer une réaction des Nord-Coréens", a-t-il ajouté. Le président américain a menacé la semaine dernière devant l'Assemblée générale de l'ONU de "détruire totalement" la Corée du Nord. Il avait aussi qualifié Kim Jong-Un "d'homme-fusée" embarqué dans une "mission suicide". Kim Jong-Un s'est de son côté livré à une attaque personnelle contre le président américain, accusé d'être "un gâteux mentalement dérangé". Les tensions ont atteint un nouveau sommet lundi, quand Pyongyang a accusé Washington de lui avoir "déclaré la guerre". Les craintes d'un affrontement accidentel - alors que les nerfs sont à vif - sont d'autant plus fortes, notamment en Asie, que, pour montrer qu'ils disposent d'options militaires face aux ambitions nucléaires de Pyongyang, les Etats-Unis ont fait voler durant le week-end des bombardiers stratégiques près des côtes nord-coréennes. La Corée du Nord s'est déclarée prête à les abattre à l'avenir. "Nous avons évidemment positionné nos forces pour répondre à une éventuelle provocation ou un conflit", a répondu le général Dunford. "Nous avons aussi pris les mesures adéquates pour protéger nos alliés - les Sud-Coréens, les Japonais -, nos forces ainsi que les ressortissants américains dans la région. Mais ce que nous n'avons pas constaté, c'est une activité militaire qui refléterait l'atmosphère politique chargée que vous décrivez". (Belga)