"Nous avons fait part de notre préoccupation à la Russie (...) et au Bélarus", a-t-il encore dit à des journalistes, avant de partir passer le week-end dans la résidence présidentielle de Camp David. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko est accusé par les Occidentaux d'orchestrer une arrivée continue de migrants à la frontière avec la Pologne, membre de l'Union européenne, en guise de riposte à des sanctions occidentales. Il peut jusqu'ici compter sur le soutien de son principal allié, le président russe Vladimir Poutine. Un peu plus tôt la vice-présidente Kamala Harris, en voyage officiel à Paris, avait, elle, estimé que le Bélarus était "engagé dans une activité très préoccupante". Washington critique régulièrement le régime de Loukachenko, et les Etats-Unis font partie des pays qui ont pris des sanctions contre une série de personnalités et d'entités du Bélarus. Joe Biden avait reçu fin juillet à la Maison Blanche l'opposante bélarusse en exil Svetlana Tikhanovskaïa. L'UE s'est félicitée vendredi de "progrès" pour endiguer l'arrivée de migrants, après notamment que la Turquie a annoncé que les Irakiens, Syriens et Yéménites ne seraient plus autorisés à embarquer pour le Bélarus à partir de ses aéroports. Le gouvernement irakien a lui indiqué qu'il s'employait à enregistrer les migrants irakiens bloqués à la frontière entre le Bélarus et la Pologne qui voulaient rentrer "volontairement". (Belga)

"Nous avons fait part de notre préoccupation à la Russie (...) et au Bélarus", a-t-il encore dit à des journalistes, avant de partir passer le week-end dans la résidence présidentielle de Camp David. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko est accusé par les Occidentaux d'orchestrer une arrivée continue de migrants à la frontière avec la Pologne, membre de l'Union européenne, en guise de riposte à des sanctions occidentales. Il peut jusqu'ici compter sur le soutien de son principal allié, le président russe Vladimir Poutine. Un peu plus tôt la vice-présidente Kamala Harris, en voyage officiel à Paris, avait, elle, estimé que le Bélarus était "engagé dans une activité très préoccupante". Washington critique régulièrement le régime de Loukachenko, et les Etats-Unis font partie des pays qui ont pris des sanctions contre une série de personnalités et d'entités du Bélarus. Joe Biden avait reçu fin juillet à la Maison Blanche l'opposante bélarusse en exil Svetlana Tikhanovskaïa. L'UE s'est félicitée vendredi de "progrès" pour endiguer l'arrivée de migrants, après notamment que la Turquie a annoncé que les Irakiens, Syriens et Yéménites ne seraient plus autorisés à embarquer pour le Bélarus à partir de ses aéroports. Le gouvernement irakien a lui indiqué qu'il s'employait à enregistrer les migrants irakiens bloqués à la frontière entre le Bélarus et la Pologne qui voulaient rentrer "volontairement". (Belga)