Ainsi, les Belges travaillant au Luxembourg pourront prester 40% de jours de télétravail en plus: les ministres des Finances Vincent Van Peteghem et Pierre Gramegna ont convenu d'assouplir la règle dite des "24 jours" pendant lesquels un travailleur transfrontalier peut exercer son activité en dehors de l'État d'activité habituel, sans conséquence fiscale dommageable. Dès l'an prochain, ce nombre passera à 34 jours. A titre de comparaison, le Grand-Duché tolère 19 jours avec l'Allemagne et 29 avec la France. "L'avenant que nous avons signé aujourd'hui est un pas important vers plus de flexibilité pour les dizaines de milliers de frontaliers belges et leurs employeurs luxembourgeois, et pour la période après-Covid. Ensemble avec mon homologue belge Vincent Van Peteghem nous avons également discuté d'une prolongation de l'accord en matière de fiscalité des frontaliers pendant la crise sanitaire jusqu'à la fin de l'année", a commenté M. Gramegna. Le partage des recettes (droits de douane et d'accises communs) générées dans le cadre de l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL, qui fête cette année son centenaire) sera un peu plus favorable à la Belgique. La compensation versée chaque année par le Luxembourg passera en effet dès l'an prochain à 48 millions d'euros (34 millions cette année). Pour plus de prévisibilité, ce montant sera augmenté annuellement de 5% sur les dix prochaines années. En matière de défense, le vice-Premier ministre François Bausch et la ministre Ludivine Dedonder ont signé un traité qui règle l'exploitation de la flotte d'avions A400M au sein de la nouvelle unité binationale de transport aérien. Ils ont également adopté une déclaration d'intention sur la création d'ici 2028 d'un bataillon de reconnaissance commune afin d'intensifier leur coopération militaire et de contribuer aux exigences accrues de l'OTAN. Ce bataillon devrait être caserné à Stockem (Arlon). Le Premier ministre belge Alexander De Croo a souligné à cette occasion la réussite de l'opération d'évacuation de civils depuis l'aéroport de Kaboul, menée par les deux pays. En moins d'une semaine, 23 vols ont transféré 1.400 personnes de Kaboul à Islamabad. "Actuellement, on cherche à identifier les personnes qui sont toujours en Afghanistan et demandent de l'aide. Nous analysons les possibilités d'évacuation, sans encore savoir ce que deviendra l'aéroport de Kaboul, s'il y aura des connexions internationales ou s'il restera un endroit fermé. La coopération avec d'autres pays européens" serait d'un grand secours, a commenté le chef du gouvernement fédéral. M. De Croo a également remercié le Luxembourg pour les secours d'urgence envoyés sur le terrain des inondations en Belgique. Les deux pays sont d'ailleurs convenus de renforcer leur coopération en matière de gestion de crise. Une déclaration commune sur la coopération en matière de sécurité civile et d'aide médicale urgente a été signée par le Premier ministre Xavier Bettel, le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Frank Vandenbroucke et les deux ministres de l'Intérieur Annelies Verlinden et Taina Bofferding. Il s'agit d'optimiser l'échange d'informations, se coordonner sur la mise en oeuvre de solutions communes et améliorer la rapidité des interventions et à sauver des vies. L'accès aux soins de proximité dans le cadre de la coopération sanitaire transfrontalière a aussi fait l'objet d'une déclaration commune. En termes de mobilité transfrontalière, la modernisation de la ligne ferroviaire Bruxelles-Luxembourg est particulièrement attendue. "C'est le monstre du Loch Ness, mais les ministres des Transports des deux pays nous ont dit espérer des avancées d'ici quelques mois", a commenté Xavier Bettel. De nouvelles subventions sont attendues de la Commission européenne. Le but est de remettre Luxembourg à deux heures de Bruxelles. Les deux pays se sont aussi concertés sur la mise en place d'une couverture 5G le long de grands axes routiers, ferroviaires et fluviaux, pour améliorer la sécurité des voyageurs et la qualité du service. En même temps, le Luxembourg et la Belgique développeront l'échange de bonnes pratiques concernant l'information des citoyens, tant sur le déploiement de la 5G que sur les interrogations quant à l'impact sur la santé des ondes utilisées dans les télécommunications. Dans le domaine de l'énergie, les deux pays coopéreront sur l'établissement du réseau d'hydrogène renouvelable (vert). Une collaboration pour le développement de l'éolien en mer du Nord sera également instaurée. La construction d'une île énergétique au large de la côte belge d'ici 2025 doit permettre aux deux pays d'être connectés à un réseau d'énergie renouvelable et bon marché. Une réunion des Premiers ministres belge et luxembourgeois avec les ministres-présidents des entités fédérées belges, "acteurs à part entière de l'UEBL", est prévue dans un avenir proche. (Belga)

Ainsi, les Belges travaillant au Luxembourg pourront prester 40% de jours de télétravail en plus: les ministres des Finances Vincent Van Peteghem et Pierre Gramegna ont convenu d'assouplir la règle dite des "24 jours" pendant lesquels un travailleur transfrontalier peut exercer son activité en dehors de l'État d'activité habituel, sans conséquence fiscale dommageable. Dès l'an prochain, ce nombre passera à 34 jours. A titre de comparaison, le Grand-Duché tolère 19 jours avec l'Allemagne et 29 avec la France. "L'avenant que nous avons signé aujourd'hui est un pas important vers plus de flexibilité pour les dizaines de milliers de frontaliers belges et leurs employeurs luxembourgeois, et pour la période après-Covid. Ensemble avec mon homologue belge Vincent Van Peteghem nous avons également discuté d'une prolongation de l'accord en matière de fiscalité des frontaliers pendant la crise sanitaire jusqu'à la fin de l'année", a commenté M. Gramegna. Le partage des recettes (droits de douane et d'accises communs) générées dans le cadre de l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL, qui fête cette année son centenaire) sera un peu plus favorable à la Belgique. La compensation versée chaque année par le Luxembourg passera en effet dès l'an prochain à 48 millions d'euros (34 millions cette année). Pour plus de prévisibilité, ce montant sera augmenté annuellement de 5% sur les dix prochaines années. En matière de défense, le vice-Premier ministre François Bausch et la ministre Ludivine Dedonder ont signé un traité qui règle l'exploitation de la flotte d'avions A400M au sein de la nouvelle unité binationale de transport aérien. Ils ont également adopté une déclaration d'intention sur la création d'ici 2028 d'un bataillon de reconnaissance commune afin d'intensifier leur coopération militaire et de contribuer aux exigences accrues de l'OTAN. Ce bataillon devrait être caserné à Stockem (Arlon). Le Premier ministre belge Alexander De Croo a souligné à cette occasion la réussite de l'opération d'évacuation de civils depuis l'aéroport de Kaboul, menée par les deux pays. En moins d'une semaine, 23 vols ont transféré 1.400 personnes de Kaboul à Islamabad. "Actuellement, on cherche à identifier les personnes qui sont toujours en Afghanistan et demandent de l'aide. Nous analysons les possibilités d'évacuation, sans encore savoir ce que deviendra l'aéroport de Kaboul, s'il y aura des connexions internationales ou s'il restera un endroit fermé. La coopération avec d'autres pays européens" serait d'un grand secours, a commenté le chef du gouvernement fédéral. M. De Croo a également remercié le Luxembourg pour les secours d'urgence envoyés sur le terrain des inondations en Belgique. Les deux pays sont d'ailleurs convenus de renforcer leur coopération en matière de gestion de crise. Une déclaration commune sur la coopération en matière de sécurité civile et d'aide médicale urgente a été signée par le Premier ministre Xavier Bettel, le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Frank Vandenbroucke et les deux ministres de l'Intérieur Annelies Verlinden et Taina Bofferding. Il s'agit d'optimiser l'échange d'informations, se coordonner sur la mise en oeuvre de solutions communes et améliorer la rapidité des interventions et à sauver des vies. L'accès aux soins de proximité dans le cadre de la coopération sanitaire transfrontalière a aussi fait l'objet d'une déclaration commune. En termes de mobilité transfrontalière, la modernisation de la ligne ferroviaire Bruxelles-Luxembourg est particulièrement attendue. "C'est le monstre du Loch Ness, mais les ministres des Transports des deux pays nous ont dit espérer des avancées d'ici quelques mois", a commenté Xavier Bettel. De nouvelles subventions sont attendues de la Commission européenne. Le but est de remettre Luxembourg à deux heures de Bruxelles. Les deux pays se sont aussi concertés sur la mise en place d'une couverture 5G le long de grands axes routiers, ferroviaires et fluviaux, pour améliorer la sécurité des voyageurs et la qualité du service. En même temps, le Luxembourg et la Belgique développeront l'échange de bonnes pratiques concernant l'information des citoyens, tant sur le déploiement de la 5G que sur les interrogations quant à l'impact sur la santé des ondes utilisées dans les télécommunications. Dans le domaine de l'énergie, les deux pays coopéreront sur l'établissement du réseau d'hydrogène renouvelable (vert). Une collaboration pour le développement de l'éolien en mer du Nord sera également instaurée. La construction d'une île énergétique au large de la côte belge d'ici 2025 doit permettre aux deux pays d'être connectés à un réseau d'énergie renouvelable et bon marché. Une réunion des Premiers ministres belge et luxembourgeois avec les ministres-présidents des entités fédérées belges, "acteurs à part entière de l'UEBL", est prévue dans un avenir proche. (Belga)