Washington a fait monter la pression sur Téhéran ces derniers jours et renforcé sa présence militaire dans le Golfe, face à des menaces d'attaques "imminentes" contre ses intérêts dans la région attribuées à l'Iran. Les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont nettement envenimées depuis une semaine. Un an après l'annonce du retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015, Téhéran a indiqué le 8 mai avoir suspendu certains de ses engagements pris en vertu de ce texte. Le même jour, Washington a renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne. Le Pentagone a ensuite annoncé l'envoi au Moyen-Orient d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement d'un porte-avions. Face à cette escalade, le guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, a affirmé qu'il n'y aurait "pas de guerre" avec les Etats-Unis. "Ni nous ni eux ne cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt". (Belga)