La décision annoncée vendredi par le groupe intercommunal a suscité de nombreuses réactions dans le milieu médiatique et politique. Le MR a dénoncé la "berlusconisation" de la presse francophones, alors que ses administrateurs ont approuvé la décision, ne suivant pas en cela la consigne de leur parti. Le cdH a demandé la réunion urgente d'un conseil d'administration tandis qu'Ecolo a appelé les autres partis francophones à s'opposer à cette opération.

Le flou demeurait sur les organes du groupe qui se sont prononcés vendredi au cours d'une réunion qui aura fait couler beaucoup d'encre. Le président a tenu à lever toute ambiguïté mardi.

La décision de rachat de l'Avenir a été prise par le conseil d'administration de Tecteo SA, filiale privée créée en 2012 et chargée d'accomplir l'ensemble des tâches opérationnelles et stratégiques pour le compte de Tecteo SCRL, c'est-à-dire l'intercommunale. La décision a été prise à l'unanimité et dans le plus strict respect des règles juridiques et du droit des affaires, précise un communiqué.

Le bureau exécutif de Tecteo SCRL s'est également réuni et a décidé de procéder à l'opération, également à l'unanimité. "Il est important de noter que les décisions, tant du Conseil d'administration de Tecteo S.A. que du Bureau Exécutif de Tecteo SCRL, ont été prises dans leurs sphères respectives de compétences. Ces deux instances étaient juridiquement habilitées à prendre ces décisions stratégiques qui revêtent désormais un caractère irrévocable", souligne le communiqué.

Un conseil d'administration de l'intercommunale Tecteo sera convoqué dans les prochains jours mais il sera de nature informative.

La décision annoncée vendredi par le groupe intercommunal a suscité de nombreuses réactions dans le milieu médiatique et politique. Le MR a dénoncé la "berlusconisation" de la presse francophones, alors que ses administrateurs ont approuvé la décision, ne suivant pas en cela la consigne de leur parti. Le cdH a demandé la réunion urgente d'un conseil d'administration tandis qu'Ecolo a appelé les autres partis francophones à s'opposer à cette opération. Le flou demeurait sur les organes du groupe qui se sont prononcés vendredi au cours d'une réunion qui aura fait couler beaucoup d'encre. Le président a tenu à lever toute ambiguïté mardi. La décision de rachat de l'Avenir a été prise par le conseil d'administration de Tecteo SA, filiale privée créée en 2012 et chargée d'accomplir l'ensemble des tâches opérationnelles et stratégiques pour le compte de Tecteo SCRL, c'est-à-dire l'intercommunale. La décision a été prise à l'unanimité et dans le plus strict respect des règles juridiques et du droit des affaires, précise un communiqué. Le bureau exécutif de Tecteo SCRL s'est également réuni et a décidé de procéder à l'opération, également à l'unanimité. "Il est important de noter que les décisions, tant du Conseil d'administration de Tecteo S.A. que du Bureau Exécutif de Tecteo SCRL, ont été prises dans leurs sphères respectives de compétences. Ces deux instances étaient juridiquement habilitées à prendre ces décisions stratégiques qui revêtent désormais un caractère irrévocable", souligne le communiqué. Un conseil d'administration de l'intercommunale Tecteo sera convoqué dans les prochains jours mais il sera de nature informative.