Parti du dépôt d'Anderlues, le mouvement s'est étendu aux autres sites. La décision de licenciement est tombée mardi lorsque les responsables de la filiale de la Société régionale wallonne du transport (SRWT) ont adressé une lettre recommandée à l'agent concerné. Celle-ci fait suite à une enquête entamée voici plusieurs mois, a affirmé mercredi matin la porte-parole de la société. Selon elle, la procédure a nécessité le visionnage de bandes vidéo.

Mercredi matin, un certain nombre de véhicules étaient sortis des deux principaux dépôts de la région (Jumet et Genson). Une partie est toutefois rentrée depuis lors, a affirmé la porte-parole de la société. Les perturbations risquent de perdurer tout au long de la journée.

Parti du dépôt d'Anderlues, le mouvement s'est étendu aux autres sites. La décision de licenciement est tombée mardi lorsque les responsables de la filiale de la Société régionale wallonne du transport (SRWT) ont adressé une lettre recommandée à l'agent concerné. Celle-ci fait suite à une enquête entamée voici plusieurs mois, a affirmé mercredi matin la porte-parole de la société. Selon elle, la procédure a nécessité le visionnage de bandes vidéo. Mercredi matin, un certain nombre de véhicules étaient sortis des deux principaux dépôts de la région (Jumet et Genson). Une partie est toutefois rentrée depuis lors, a affirmé la porte-parole de la société. Les perturbations risquent de perdurer tout au long de la journée.