Le 30 septembre 2017, Moussa I. avait attiré dans le porche d'un restaurant un SDF qui faisait la manche sur le plateau de la gare de Tubize. En le menaçant avec un spray au poivre, il avait forcé l'homme à lui donner tout son argent. Interrogé par la suite par la police, le Tubizien avait indiqué qu'il ne savait pas pourquoi il avait adopté ce comportement. Le ministère public, lui, évoquait un phénomène de criminalité urbaine et la personnalité problématique du prévenu qui accumule les délits. Après avoir été poursuivi pour un vol de GSM et pour une agression violente sur le plateau de la gare de Tubize, le jeune homme comparaissait pour la troisième fois en correctionnelle alors qu'il est majeur depuis un an. Trente mois d'emprisonnement avec un sursis partiel avaient été requis. Mais le tribunal a choisi lundi de suivre les arguments de la défense en accordant une "dernière chance" au prévenu via une peine de travail. (Belga)

Le 30 septembre 2017, Moussa I. avait attiré dans le porche d'un restaurant un SDF qui faisait la manche sur le plateau de la gare de Tubize. En le menaçant avec un spray au poivre, il avait forcé l'homme à lui donner tout son argent. Interrogé par la suite par la police, le Tubizien avait indiqué qu'il ne savait pas pourquoi il avait adopté ce comportement. Le ministère public, lui, évoquait un phénomène de criminalité urbaine et la personnalité problématique du prévenu qui accumule les délits. Après avoir été poursuivi pour un vol de GSM et pour une agression violente sur le plateau de la gare de Tubize, le jeune homme comparaissait pour la troisième fois en correctionnelle alors qu'il est majeur depuis un an. Trente mois d'emprisonnement avec un sursis partiel avaient été requis. Mais le tribunal a choisi lundi de suivre les arguments de la défense en accordant une "dernière chance" au prévenu via une peine de travail. (Belga)