Le 19 avril 2017, David V. s'était exhibé devant une fille âgée de dix ans, qui accompagnait sa mère dans un magasin. L'homme était posté sur le parking d'une grande surface et lui a montré son sexe. Entendu, il a prétendu qu'il voulait uriner et qu'il n'avait pas remarqué la présence de la fillette. Le tribunal, dans son jugement, estime que cette version des faits n'est pas crédible. D'autant que le 19 mars 2018, ce sont deux gardiens de la paix circulant dans un bus qui ont remarqué que le prévenu, sur le perron de sa maison, était seulement vêtu d'un peignoir largement ouvert et laissant voir son sexe. Une demi-heure plus tard, ils sont à nouveau passés sur place. L'exhibitionniste était rentré chez lui mais il se masturbait devant la fenêtre de son salon, qui était grande ouverte. "J'ai effectivement déraillé: c'était l'expression d'un mal-être qui perdurait depuis plusieurs années", avait indiqué le prévenu à l'audience, confessant avoir fait une tentative de suicide par la suite. Depuis, il a pris l'initiative de contacter un centre spécialisé, où il est pris en charge. Le sursis probatoire assortissant la peine d'emprisonnement infligée mercredi l'oblige notamment à poursuivre ce suivi régulier. (Belga)