Dans un premier temps, pour justifier le fait qu'il soit en possession d'autant de cocaïne et d'argent (les enquêteurs ont trouvé chez lui un montant 1.500 euros en liquide, ndlr.), il avait indiqué aux policiers qu'il avait volé la marchandise à un dealer près de la gare du Midi à Bruxelles. La juge d'instruction lui avait alors fait remarquer qu'il était plus grave de s'accuser d'un vol avec violence que de trafic de stupéfiants. Le prévenu avait alors changé sa version: il avait acheté la drogue à Bruxelles et lorsqu'il avait été intercepté à Rixensart, il apportait à la mère de son fils, domiciliée en Brabant wallon, le montant en cash de la pension alimentaire. Devant le tribunal, le prévenu s'en est tenu à cette version. Il a précisé que l'argent lui avait été fourni par sa s?ur, qui a des moyens financiers et qui est la fille de l'actuel président du Congo. Il a même fourni au tribunal une attestation de l'intéressée. Dans le jugement rendu lundi, le tribunal écarte cette version: la mère de l'enfant du prévenu est domiciliée à Wavre et pas à Rixensart et il était aux environs de minuit lorsque l'homme a été intercepté par la police. Il est donc fort peu probable qu'il soit venu apporter une pension alimentaire en pleine nuit. Quant à l'attestation de sa s?ur du prévenu, le tribunal remarque que la signature qui figure sur le document est différente de celle qui se trouve sur la copie de carte d'identité de la témoin. Pour fixer la hauteur de la peine, la justice a pris en compte la gravité des faits, s'agissant de vente de drogue dure ainsi que l'absence de toute remise en question de la part du prévenu qui a plusieurs antécédents judiciaires, tout comme le risque de récidive vu le caractère lucratif du trafic. (Belga)

Dans un premier temps, pour justifier le fait qu'il soit en possession d'autant de cocaïne et d'argent (les enquêteurs ont trouvé chez lui un montant 1.500 euros en liquide, ndlr.), il avait indiqué aux policiers qu'il avait volé la marchandise à un dealer près de la gare du Midi à Bruxelles. La juge d'instruction lui avait alors fait remarquer qu'il était plus grave de s'accuser d'un vol avec violence que de trafic de stupéfiants. Le prévenu avait alors changé sa version: il avait acheté la drogue à Bruxelles et lorsqu'il avait été intercepté à Rixensart, il apportait à la mère de son fils, domiciliée en Brabant wallon, le montant en cash de la pension alimentaire. Devant le tribunal, le prévenu s'en est tenu à cette version. Il a précisé que l'argent lui avait été fourni par sa s?ur, qui a des moyens financiers et qui est la fille de l'actuel président du Congo. Il a même fourni au tribunal une attestation de l'intéressée. Dans le jugement rendu lundi, le tribunal écarte cette version: la mère de l'enfant du prévenu est domiciliée à Wavre et pas à Rixensart et il était aux environs de minuit lorsque l'homme a été intercepté par la police. Il est donc fort peu probable qu'il soit venu apporter une pension alimentaire en pleine nuit. Quant à l'attestation de sa s?ur du prévenu, le tribunal remarque que la signature qui figure sur le document est différente de celle qui se trouve sur la copie de carte d'identité de la témoin. Pour fixer la hauteur de la peine, la justice a pris en compte la gravité des faits, s'agissant de vente de drogue dure ainsi que l'absence de toute remise en question de la part du prévenu qui a plusieurs antécédents judiciaires, tout comme le risque de récidive vu le caractère lucratif du trafic. (Belga)