Gérants d'une écurie active entre 2006 et 2012, les prévenus, actifs dans le milieu hippique international, étaient accusés de détournement de biens matériels de 420.000 euros, d'absence de comptabilité, d'abus de confiance et d'abus de biens sociaux pour un montant de 550.000 euros. Lors de la faillite, en octobre 2012, la société présentait 662.000 euros de pertes cumulées. Les prévenus ont déclaré avoir investi plus d'un million d'euros dans cette entreprise. Ils nient les détournements qui leur sont reprochés. Le parquet, évoquant des "opérateurs calamiteux" et la grande nébulosité qui entourait leurs activités, demande la confirmation des condamnations à l'égard des deux prévenus. Les avocats du couple plaident la suspension du prononcé de la condamnation et la levée de l'interdiction commerciale, afin de permettre au couple de rebondir dans la vie. Jugement le 6 octobre. (Belga)

Gérants d'une écurie active entre 2006 et 2012, les prévenus, actifs dans le milieu hippique international, étaient accusés de détournement de biens matériels de 420.000 euros, d'absence de comptabilité, d'abus de confiance et d'abus de biens sociaux pour un montant de 550.000 euros. Lors de la faillite, en octobre 2012, la société présentait 662.000 euros de pertes cumulées. Les prévenus ont déclaré avoir investi plus d'un million d'euros dans cette entreprise. Ils nient les détournements qui leur sont reprochés. Le parquet, évoquant des "opérateurs calamiteux" et la grande nébulosité qui entourait leurs activités, demande la confirmation des condamnations à l'égard des deux prévenus. Les avocats du couple plaident la suspension du prononcé de la condamnation et la levée de l'interdiction commerciale, afin de permettre au couple de rebondir dans la vie. Jugement le 6 octobre. (Belga)