Wim Delvoye souhaitait restaurer dans son état d'origine son château de Bueren, à Melle, et faire du domaine un parc de sculptures. Mais il ne disposait pas de tous les permis nécessaires. Avec sa société, il est notamment accusé d'avoir, entre 2008 et 2011, fait couler une plate-forme de béton à côté du château et d'avoir abattu 20 arbres sans autorisation. De plus, les douves ont été élargies sur une longueur de 370 mètres. Comme le château est un bâtiment protégé, il est également question d'infractions au décret flamand sur la protection des monuments et des sites urbains et ruraux. En mars, l'artiste plasticien avait obtenu en appel la suspension du prononcé de sa condamnation pour avoir menacé deux fonctionnaires et une femme agent de police venus effectuer un contrôle au château de Bueren. (Belga)

Wim Delvoye souhaitait restaurer dans son état d'origine son château de Bueren, à Melle, et faire du domaine un parc de sculptures. Mais il ne disposait pas de tous les permis nécessaires. Avec sa société, il est notamment accusé d'avoir, entre 2008 et 2011, fait couler une plate-forme de béton à côté du château et d'avoir abattu 20 arbres sans autorisation. De plus, les douves ont été élargies sur une longueur de 370 mètres. Comme le château est un bâtiment protégé, il est également question d'infractions au décret flamand sur la protection des monuments et des sites urbains et ruraux. En mars, l'artiste plasticien avait obtenu en appel la suspension du prononcé de sa condamnation pour avoir menacé deux fonctionnaires et une femme agent de police venus effectuer un contrôle au château de Bueren. (Belga)