Le 23 juin dernier, à Fleurus, la victime imprimait ses extraits de compte dans une agence bancaire. Le prévenu s'est rapproché d'elle et l'a menacée, armé d'un couteau d'une lame de 16 cm. F.A. a ordonné à la victime de lui donner de l'argent, sans succès. "Je devais retirer de l'argent avec la carte bancaire de ma mère, mais il n'y avait pas assez d'argent pour me ravitailler en stupéfiants et alcool", a expliqué le prévenu. Âgé de 43 ans, F. était poursuivi pour un recel de deux plaques d'immatriculation et pour la détention de cocaïne. "J'étais un consommateur. J'en prenais juste pour m'évader." Sa compagne, J.S., était quant à elle poursuivie pour la détention de cocaïne. La substitute du procureur s'est félicitée de la présence de caméras dans le centre-ville de Fleurus. Le ministère public a jugé les faits assez graves, la victime étant atteinte d'un handicap et avait requis une peine de trois ans de prison. "Il est en récidive après une condamnation pour des faits similaires. On lui laisse une chance et il recommence." Le parquet ne s'opposait pas à une mesure de faveur pour J.S., qui ne présentait aucun antécédent judiciaire. Me Ureel, avocat de la prévenue, a plaidé une suspension du prononcé pour sa cliente. "Elle n'avait jamais touché aux stupéfiants avant de rencontrer le prévenu. Le décès de son papa a plongé ma cliente dans cette délicate situation." Une peine de travail autonome avait été plaidée par l'avocate de F.. "C'est quelqu'un de particulièrement faible. Il a eu un parcours chaotique avec quelques tentatives de suicide et trois séjours à l'hôpital Van Gogh." (Belga)